Recours au Tribunal administratif fédéral TAF, case postale, 9023 Saint-Gall d’Alexander Vadimovitch KIRIYATSKIY________
(Nombreuses pages renouvelées le 31.03.2015 et le 04.06.2016)

image004

 

Analyse de la Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 du Secrétariat d’Etat aux migrations SEM

(La liste brève des persécutions non examinée par cette même décision)

 

http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/RESUME.pdf

http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/RESUME.htm

 

1)                 La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 du Secrétariat d’Etat aux migrations SEM n’a pas analysé 70%  des causes pour lesquelles j’avais prié l’asile politique en Suisse.

2)                  Mon pays d'origine est l'URSS et non Israël. Je n'avais jamais le passeport russe, en outre j'ai l'origine russe et non juive.

3)                  Ma demande de votre deuxième recours est liée avec l’analyse incorrecte et injuste des mes 75 et non 11 documents, car tous ces 75 documents étaient présentés au SEM par moi le 19 janvier 2012 et le 3 novembre 2014.

4)                  De 1999 à 2010, je fermais les yeux sur les assassinats lents et rapides de ma nationalité russe. Nos hommes russes n’avaient aucun droit sur la consécration de nos persécutions ni en Israël, ni en Europe, ni en Amérique du Nord mis-à-part nos demandes d’asile pour les tentations de déstabiliser l’économie et l’indépendance politique de la Russie actuelle. Le 12.03.2015, M. Bob Scales (Robert Skeels), l’ex-Général des Etats-Unis n’a pas eu peur de dire déjà pour tous que l’on doit tuer les russes qui veulent aider aux esclaves de ma nationalité en Ukraine, alors que la Russie ne participait jamais dans la guerre civile en Ukraine http://fr.sputniknews.com/international/20150311/1015124284.html.

5)                  Mes 75 documents sur 200 pages, regroupés dans mes 3 dossiers, confirment mes persécutions en France, en Allemagne et en Espagne. Ces 75 documents sont substitués par 11 documents sans importance sur le plan juridique à travers la Décision d’Asile N572 092 Kop N de pers. 173 245 47 de SEM. Là, mes documents confirment pour quelle raison la condamnation de mort me menace pour mes propos révoltés contre les mafias juives. Ces documents illustrent pourquoi Israël me persécutait sur son territoire, au Canada et en Europe de 1999 à 2011.

6)                  L’auteur de La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 du Secrétariat d’Etat aux migrations n’a rien lu de mes dossiers, car en 2009 je n’étais jamais arrêté en France et j’ai fini ma 2e année académique sans aucune pression de la Préfecture d’Alsace en 2009. J’attire l’attention de votre tribunal de recours sur le fait que depuis le 8 mais 2008 jusqu’au 31 janvier 2009 je me trouvé en Israël. Mon document bleu d’Israël démontre que je suis revenu en France le 31 janviers 2009 et, physiquement, je ne pouvais pas être arrêté en France par mon arrêt du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1), car le 5 janvier 2009 je me trouvais en Israël, alors que j’avais le droit sur mon travail officiel en Israël pendant toute l’année 2009. J’affirme le fait qu’avant le 2 février 2009, je n’étais pas encore admis en 2e année académique de mon Ecole Doctoral à l’Université de Strasbourg. Le fin de la page 3 cette Décision n’est que le mensonge qui ment et humilie l’honneur du SEM à travers l’affirmation suivante: L’évaluation de la vraisemblance consiste et une évaluation globale de tous les éléments (concordance des faits principaux, fondement et plausibilité des indications crédible de la personne, etc.) plaidant ou non en faveur du requérant. Les faits allégués ne sont vraisemblable que si les éléments positifs l’emportent. Ils ne le sont donc pas si la teneur des allégations est certes possibles, mais que des détails essentiels et prépondérant dans l’appréciation des aspects s’apposent auxdits faits (cf. arrêt du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1). J’ai souligné la date de mon retour en Israël le 08.05.2008 et la date de mon départ d’Israël le 31.01.2009 qui confirme le mensonge lié avec mon arrêt du 5 janvier 2009 d’aucun Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1. Si ce même tribunal administratif TAF, E-3767/2006, 4. 1 dénonce comme auteur d’un crime ou d’un délit ma personne que ce même cf. arrêt du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif TAF, E-3767/2006, 4. 1 sait innocente, ce même cf. arrêt du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif TAF, E-3767/2006, 4. 1 rend coupable de dénonciation calomnieuse au sens de l’art. 303 CP, punissable d’une peine privative de la liberté de ce même Tribunal administratif TAF, E-3767/2006, 4. 1 jusqu’à 20 ans ou d’une peine pécuniaire depuis 2009 jusqu’à 2015. Si ce même cf. arrêt du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif TAF, E-3767/2006, 4. 1 dénonce une infraction qu’il sait que le 5 janvier 2009, moi, Alexander Kiriyatskiy, je me trouvais en Israël et je n’avais pas été commis, ce même cf. arrêt du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif TAF, E-3767/2006, 4. 1 se rend coupable d'induction de la justice en erreur au sens de l’article 304 CP, punie par une peine privative de sa liberté privilégiée jusqu’à 3 ans ou une pécuniaire. Si ce même cf. arrêt du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif TAF, E-3767/2006, 4. 1 me soustrayait à ma poursuite pénale ou à l’exécution de ma peine pour "mon arrêt" du 5 janvier 2009 au sens de l'art. 305 CP, alors que je me trouvais en Israël, ce Tribunal administratif TAF, E-3767/2006, 4. 1 punie par une peine privative de sa liberté privilégiée jusqu’à 3 ans ou une pécuniaire. Je suis Monsieur Kiriyatskiy Alexander, Rue du Compte Riand 1, 1896 Massongex, No N 572093, SEM, Secrétariat d’état aux migrations, Quellenweg 6, 3003 Berne-Wabern, Martigny, le 14 avril 2016 Concerne : Demande de photocopies de passeport. Madame, Monsieur, Par la présente, je vous prie de me faire parvenir 2 photocopies de mon passeport en couleurs.  J’en ai besoin pour des démarches administratives. J’ai surtout besoin de 2 pages précises, si vous pouviez m’envoyer les suivantes: Celles où il n’y a que deux sceaux (estampilles) de douane allemande à l’aéroport de Francfort:

 

1)      démonstration de mon arrive  à l’aéroport allemand le 1.02.2009 (le grand sceau avec la lettre D).

 

2)      celle-ci de mon départ de l’aéroport allemand le 30.04.2009 (l’autre petit sceau, où il n’y a que l’avion avec celle D)

 

S’il vous est possible de me les envoyer à l’adresse suivante, svp : Bureau pour candidats réfugiés du Bas-Valais, Rue Bellevue 4, 1920 Martigny.

 

Je reste à votre disposition pour tout complément d’information et je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations les meilleures.

 

image009

 

Physiquement, je ne pouvais pas être arrêté en France le 5 janvier 2009, car le 5 janvier 2009 je me trouvais en Israël et cette même falsification est directement lié avec mon action criminelle en Allemagne au mois de juin 2009, alors que du 30.04.2009 au 5.09.2009 je me trouvais en Israël aussi, où j’avais mon droit sur le travail officiel pendant ce même période jusqu’au 1 mai 2010. Mon inscription en doctorat pour ma 2e année académique le 2 février 2009 confirme encore une fois ce même mensonge mentionné qui humilie l’honneur de la Suisse

 

2ADM1

 

7)                  La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 a ignoré le fait que moi, Alexander Kiriyatskiy, j’avais le droit de rester en France en 2010 jusqu’à la décision du recours. Ce dernier était opposé à la décision du tribunal du 20 janvier 2010. La  Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’a rien dit contre le fait que le 31 mars 2010 il y avait l’audition liée avec ma demande à rester en France jusqu’à l’automne 2010. La réponse négative de ce recours est venue à l’adresse d’Alexander Kiriyatskiy à Strasbourg le 28 mai 2010

 

image001

 

8)      &nbnbsp;           La  Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’a pas examiné le fait que moi, Alexander Kiriyatskiy, j’ai quitté la France le 25 avril 2010 afin de finir de rédiger ma thèse en Italie. En automne 2010, je voulais revenir en France pour un seul jour, alors que je pouvais soutenir ma thèse au mois de septembre ou en octobre 2010. La décision d’Asile en Suisse a fermé les yeux sur le fait que si je n’avais pas été transféré vers Tel-Aviv sans mon désir par la police,  il n’y aurait eu aucune deuxième pression politique de l’Ambassadeur français à Tel-Aviv sur mon directeur de thèse Frédéric de Buzon, j’aurais soutenu ma thèse en automne 2010 et j’aurais quitté l’Europe TOTALITAIRE POUR TOUJOURS AFIN DE NE JAMAIS DEMANDER L’ASILE POLITIQUE EN SUISSE 2 ANS ET DEMI PLUS TARD. 

9)                 La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 ne dit rien dans sa réponse négative que pour éviter la soutenance de ma thèse en 2010, le Shabak israélien et l’Association de la Sécurité Nationale des Etats-Unis (à cause de la demande d’Israël) étaient entrés dans le système informatique de la police allemande et m’ont attribué une action criminelle falsifiée. Cette dernière m’interdit de traverser le territoire de l’Allemagne depuis le mois de juin 2009 jusqu’au mois de juin 2019.  La  Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’a pas apprécié les faits que cette même falsification avait obligé la police allemande à m’arrêter et à et me transférer en France pour la police française. Cette dernière a organisé mon extradition violente vers Tel-Aviv, malgré le fait que le 25 avril 2010 j’avais quitté la France. Mon action criminelle falsifiée a obligé mon directeur de thèse Frédéric De Buzon à quitter la place du directeur d’équipe en philosophie en 2010. Sous la pression de l’ASN, Frédéric De Buzon est parti aux vacances sabbatiques sans son désir pendant l’année académique 2010-2011.  Cette même falsification de mon action criminelle permet de persécuter tous les professeurs qui voulaient m’inscrire en leurs Doctorats en France, en Espagne et en Suisse. Je prie d’analyser attentivement mes deux dossiers présentés de nouveau pour votre recours sous leurs titres 1) Absence du droit sur l’alibi en Europe ou Silence obligatoire des moutons européens de masses sans voix et 2) Esclavage allemand en Espagne 18 mois plus tard (30.04.2010-27.10.2011). Tous deux ont plusieurs documents réels non vraisemblables. La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 a fermé les yeux sur la persécution par déjà deux falsifications 1) en été 2009 et 2) cf. arrêt du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1) contre moi et contre 6 professeurs qui pouvaient devenir mes directeurs de thèse en France, en Espagne et en Suisse, car l'Europe doit perdre son indépendance et rendre la plupart des pris américains qui comprennent 18, 1 tillions dollars.

10)              Cette Décision n’a pas examiné le fait que la mafia israélienne a voulu utiliser toute l’Europe contre ma concurrence de ma thèse. Cette mafia a soumis la nationalité allemande comme les “Frizts stupides et responsables pour tous les juifs et pour leurs actions illégales”.  Du 30.04.2009 au 4.09.2009, je me trouvais en Israël. Le 25 avril 2010, j’allais en train vers l’Italie. L’Italie pouvait me fournir la carte de séjour en Europe de la même manière quelle l’avait fait de 2002 à 2004, alors qu’en 2010 j’étais doctorant et mon directeur de thèse travaillait à l’Université de Strasbourg. J’ai préféré aller chez mon ami italien pour finir la composition de ma thèse à sa maison. Avant le 25 avril 2010, j’ai voulu tenter de la soutenir ma thèse au mois d’octobre à Strasbourg sur la base de mes compositions à Trente. Si j’étais venu en Israël avec mon diplôme de docteur en automne 2010 et si j’avais quitté la France, j’aurais pu représenter le danger pour la mafia mondiale au Canada, en Israël et en Europe. Afin de m’empêcher de présenter ma soutenance, alors que j’allais de Strasbourg à Trente à travers l’Allemagne, le 25 avril 2010 la police allemande m’a arrêté et emprisonné à Stuttgart et plus tard à Karlsruhe pendant 24 heures. La cause de mon arrestation était mon «action criminelle» à Kehl du 28.07. 2009. Stadt ver waltung Kehl. Ausländeramt. Aktenzeichen: 103.19/31/KP. Telefon 0049 7851 88 0 

 

image007

 

(Documents réel de l’Absence du droit sur l’alibi en Europe ou Silence obligatoire des moutons européens de masses sans voix: pages 4, 6, 11, 20, 21)    

 

GermArest3

 

11)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’a pas examiné le fait que si contre moi le 5 septembre 2009 ces mêmes deux falsifications de mon action «criminelle» avaient existé dans les ordinateurs de la police allemande, sur mon passeport je n’aurais jamais eu deux seaux de l’aéroport allemand datés du 5. 09. 2009 et le 1 février 2009

 

image008

 

12)              Ce même passeport se trouve dans la police suissesse. Celui-ci a l’autre seau de l’aéroport allemand daté du 1 février 2009 qui confirme aussi le mensonge lié à mon « arrêt »  du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1 falsifié. En 2012, je n’avais aucune information liée avec la 2e falsification daté du 5 janvier 2009, c’est pourquoi je n’ai pas copié ce même seau qui était mis sur mon passeport le 1.02.2009. Je prie le Tribunal administratif fédéral TAF de témoigner ce même seau daté du 1.02.2009 sur mon passeport. Ce dernier se trouve dans la police suissesse depuis le 4.01.2012. Mon document sous le titre l’Absence du droit sur l’alibi en Europe ou Silence obligatoire de la masse des moutons européens sans voix: (page 13) n’était pas examiné par le mensonge lié à mon « arrêt »  du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1, car cette dernière falsification n’existaient pas de 2009 à 2012.

13)              Cette Décision de l’Asile ferme les yeux sur le fait: si pendant long temps l’Europe ne voulait pas tuer tous les hommes russes selon l’opinion de M. Bob Scales (Robert Skeels), ou: je serais condamné pour quelque action criminelle en Allemagne, ou cette même réponse du SEM aurait reconnu le fait qu’en Europe totalitaire les hommes, persécutés par l’ASN et par le Shabak, n’ont aucun droit sur leur vie sans persécution. Ce fait est confirmé par l’absence de l’analyse de cette même information concrète dans cette Décision de mon asile en Suisse. Israël ne m’a présenté aucun avocat pour régler mes problèmes en Allemagne. La lettre de l’avocat français Mme Séverine ROUDLOFF était rejetée

 

image010

 

(Document de l’Absence du droit sur l’alibi en Europe ou Silence obligatoire des moutons européens de masses sans voix: page 7) Selon mon payement pour les véhicules qui n’étaient jamais achetés par moi, j’affirme la réalité que seul l’esclave du régime totalitaire ou l’homme, acheté par la mafia, pouvait  ne pas apprécier mon document concret

 

image016

 

(Selon l’Absence du droit sur l’alibi en Europe ou Silence obligatoire des moutons européens de masses sans voix: page 26), où le 25 mai 2009 il est marqué que ce même véhicule était acheté par Kiriyatskiy en Israël en 1993. Seul certain homme aveugle n’acceptait pas le fait que je suis venu en Israël, la première fois, le 29 mai 1999 et, physiquement, je n’avais aucune possibilité d’acheter ce même véhicule en Israël en 1993. Tous les experts indépendants pouvaient évaluer l’ignorance de ce même document par les standards doubles sous la pression de la dictature américaine. Seul son esclave aveugle pouvait ne pas déterminer ici le rapport direct entre le véhicule «acheté» par moi en Israël en 1993 et mon action «criminelle» en Allemagne falsifiée contre moi et contre mes directeurs de thèse pour le mois de juin 2009. Seul l’esclave aveugle des Etats-Unis peut ne pas confirmer deux faits: 1) M. Alexander Kiriyatskiy ne pouvait pas acheter le véhicule en 1993 en Israël, car M. Kiriyatskiy se trouvait en 1993 en Ouzbékistan et n’avait aucune source d’aller en Israël pour acheter là ce même véhicule sans permis de conduire. 2) M. Alexander Kiriyatskiy ne pouvait faire aucune action criminelle en Allemagne au mois de juin 2009, car du 30 avril 2009 au 5 septembre 2009 M. Alexander Kiriyatskiy se trouvait en Israël afin de payer pour le véhicule qui n’était jamais acheté par Kiriyatskiy en 1993. Ces deux faits confirment par leur pratique que l’homme pauvre n’a aucun droit sur l’alibi en Europe et la mafia peut faire tout que celle-ci veut avec ses esclaves à travers plusieurs attributions plus tard des arrêts falsifiés comme celui du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1). Ces esclaves comme moi n’ont aucun droit de l’homme en Europe totalitaire ni sur l’Asile, ni sur la consécration des persécutions et de leurs alibis. En Europe, en Australie et en Amérique, l’Asile ne présuppose que la déstabilisation économique et politique des concourants américains à travers les requérants d’Asile qui peuvent ne jamais être persécutés dans leur pays, où ces derniers déstabilisent l’économie et l’indépendance politique des Etats-Unis.

14)              Pour votre recours, je démontre qu'il est inutil d'affirmer que votre préjudice découlant de la situation politique, économique ou sociale qui règne dans un Etat ne constituent pas une persécution au sens de l’article 3 LAsi . Le mensonge cette affirmation présuppose seuls hommes qui n’étaient jamais persécutés et ne devaient jamais mourir dans la rue sous la pluie en hiver dans le pays Israël qui est bien plus riche et bien plus illuminé pendant chaque nuit que la Suisse et que la Belgique. Cet article n’a aucun rapport avec mon cas. Depuis 2006 jusqu’à 2012 à Amiens, à Strasbourg et à Perpignan, je mentais que j’étais le juif sans opinion qui aime Israël avec l’espoir que ces mêmes affirmations diminuaient la persécution du Shabak et de l’ASN contre moi. Je soutenais toutes les tendences politiques, économiques et sociales d’Israël et de la France pour soutenir ma thèse tranquillement sans persécutions, car en Europe totalitaire je n’ai aucun droit ni sur l’alibi, ni sur la consécration des persécutions contre moi et contre mes 6 professeurs comme à l’époque de Staline en URSS de 1933 à 1953.

15)             La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’a pas évalué la réalité que de cette même façon la mafia avait la possibilité de m’attribuer l’assassinat d’homme, la distribution des drogues, la violence et n’importe quelles actions criminelles sans mon droit sur l’alibi. Cette même décision a fermé les yeux sur mes problèmes auxquels m’a conduit cette même falsification. M. le Professeur Eckart WIRBELAUER n’a pas modifié son appréciation de mon projet de l’automne 2007 au 25 novembre 2010 selon sa direction de ma thèse en histoire sous sa direction. En outre, sous la pression de la mafia ou du pays totalitaire comme l’URSS de 1928 à 1954, M. le Professeur Eckart WIRBELAUER modifie son opinion pendant quatre jours du 25 au 28 novembre 2010. Comme à l’époque du stalinisme en URSS, en France il perd le désir de suivre ma thèse sous la peur de perdre son travail come M. le Professeur Frédéric DE BUZON l’avait perdu pour l’année 2010-2011. M. le Professeur Dominique BEYER était le directeur d’équipe des doctorants en histoire antique de 2007 au 25 novembre 2010 et le 24 mars 2011 il n’occupait pas déjà ce post, car il avait voulu m’admettre dans son Ecole Doctorale en histoire du 23 novembre au 25 novembre 2010. Sur la base cette même falsification de mon action «criminelle» en Allemagne, le 20 novembre 2010 sous la pression israélienne M. Alain Bertz président de l’Université di Strasbourg a écrit son message qui m’interdit d’arriver à l’Université de Strasbourg pour chercher mes nouveaux directeurs de thèse à Strasbourg. M. le président Alain Bertz se datait le 20 novembre 2010, 5 jours avant ma visite à M. le Président avec ma lettre qui demande le droit de rédiger ma thèse en histoire et non en philosophie à l’Université de Strasbourg. Sous la pression d’Alain Beretz israélien, je n’ai aucun droit d’étudier en Doctorat après la falsification criminelle contre moi en Allemagne. Ce document explique parfaitement pour quelle raison M. le Professeur Eckart WIRBELAUER a modifié son opinion pendant 30 minutes et n’a pas voulu suivre ma thèse comme à l’époque du stalinisme en URSS. Seul la peur POLITIQUE a obligé l’auteur de votre Décision négative à ne pas expliquer le mensonge de M. le Président Alain Bertz sur la base de la falsification allemande contre moi.

16)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’a pas constaté mon droit de recevoir l’explication plus précise pour quelle mon action criminelle on m’a interdit d’être le doctorant en France, en Espagne et en Suisse? Avant le 25 novembre 2010 M. le Président Alain Bertz ne voyait jamais mon visage. Le 2 novembre 2009, ce même M. le Président Alain Bertz a payé pour mon inscription dans ma dernière année académique, car je n’avais aucun argent pour payer pour mon inscription. Si la falsification lié à mon « arrêt »  du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1 avait existé en 2009, j’aurais eu plusieurs problèmes avec la Préfecture d’Alsace comme en 2008 et en 2010, c’est pourquoi, le 2.11.2009 M. le Président de l’Université de Strasbourg Alain Berezt n’aurait jamais payé pour mon inscription en son doctorat. Si Votre Tribunal ne correspondait pas au tribunal du KGB avant le décès de Staline en URSS de 1937 à 1953, vous m’auriez présenté l’Asile en Suisse, car dans les autres pays la mafia pourrait m’attribuer plusieurs autres arrêts qui n’existent pas encore dans les ordinateurs des polices de l’Europe, de l’Amérique et d’Israël maintenant, le 21.03.2015. Cette même possibilité de m’attribuer n’importe quelle action criminelle peut me conduire vers nombreuses condamnations de mort ou vers plusieurs années dans les prisons d’Europe, d’Amérique ou d’Israël sans cause et sans droit sur mes recours justes partout.

 

image011

 

17)              Ce document non vraisemblable illustre le fait que M. le Président Alain Bertz a payé 354 euros pour mes études à son Ecole Doctorale pendant l’année académique 2009-2010. Avant la falsification mentionnée de mon action «criminelle» en Allemagne, l’Université de Strasbourg n’était pas contre moi. À cause des mes relations magnifiques avec le secrétariat de l’Université de Strasbourg, le 22 mars 2011, j’ai reçu un document signé par M. le Président de l’Université de Strasbourg le 20 novembre 2010, il y a 5 jours avant ma première visite chez M. le Président Alain Beretz le 25 novembre 2010.

image012

 

(Document réel du Droit sur l’alibi en Europe ou Silence obligatoire des moutons européens de masses sans voix: page 19).

18)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 a ignoré le fait que le service secret d’Israël a persécuté 6 professeurs, car ces derniers voulaient suivre ma thèse. Israël les a empêché de travailler et ils avaient peur de m’aider.

19)              La réponse négative à ma demande d’Asile a ignoré le fait que 6 professeurs ont perdu leur travail à cause du désir de m’inscrire à leur Ecoles Doctorales sur la base des motivations politiques en non économiques en France, en Espagne et en Suisse. Il est impossible de comparer (a) quelques problèmes au travail et (b) la perdition du post de directeur d’équipe avec l’absence du droit d’enseigner pendant toute l’année. Ces persécutions politiques humilient Messieurs les professeurs François Latraverse et Georges Leroux à l’Université du Québec à Montréal

 

image002

image003

 

Ces mêmes peurs POLITIQUES abaissent Messieurs les professeurs Frédéric de Buzon (depuis 2010 non directeur d’équipe en philosophie) et Dominique Beyer (depuis 2010 non directeur d’équipe en histoire) à l’Université de Strasbourg, Pablo Garcia Castilllo, Cerilo Forez Miguel, Angel Poncela Gonzalez à l’Université de Salamanque (8 documents concrets de l’Esclavage allemand en Espagne 18 mois plus tard (30.04.2010-27.10.2011) pages: 5-18) et Christophe Erismann à l’Université de Lausanne en Suisse. Ce dernier était obligé à ne pas enseigner à l’Université de Lausanne pendant l’année académique 2013-2014 sans son désir. Il était remplacé par M. le Professeur Gianfranco Soldati de l’Université de Freiburg, comme Frédéric de Buzon pour l’année 2010-2011 à Strasbourg en France et Pablo Garcia Castillo en 2011-2012 à Salamanque en Espagne. Cette même Décision négative n’a rien indiqué selon le fait que, pour ne pas suivre ma thèse, M. le Professeur Christophe Erismann devra quitter l’Université de Lausanne pour toujours au mois d’octobre 2016. Sous la pression israélienne, l’Université de Lausanne ne signera plus le document lié avec leur collaboration. L’on a traduit cette même information en allemand le 3 novembre 2014. Si j’avais menti, ce même «mensonge» aurait été manifesté dans la Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 de SEM.  L’esclavage  du SEN en Suisse n’avait aucun permit politique de l’ASN et du Shabak d’analyser les faits réels, car ces derniers illustrent le totalitarisme européen à travers ses violences politiques et économiques contre 6 professeurs qui voulaient m’aider en France, en Espagne et en Suisse.

20)             Sous la pression de son propre Staline en Amérique, cette même réponse négative du SEM en Suisse avait peur d’analyser le fait que pendant mes études à l’Ecole Doctorale à Strasbourg, je n’avais aucune source pour la vie (3 euros de Caritas pendant un mois et rien plus). C’est la raison pour laquelle, le réfugié russe M. Vladimir Altoukhov m’a présenté son hébergement gratuit (de 2007 à 2012). En outre, comme ces mêmes 6 professeurs mentionnés, au mois de janvier 2011 M. Vladimir ALTOUKHOV était persécuté, car il m’a aidé en France. M. Vladimir ALTOUKHOV était obligé à laisser son appartement à Strasbourg, où l’état de son corps était magnifique et n’avait aucune maladie. Je ne peux pas croire que, par son «propre désir», le SEM a peur d’analyser le fait que M. Altoukov a déménagé de Strasbourg à Perpignan, la ville plus pauvre en France. A Perpignan, nous avons commencé à habiter dans l’appartement très mal, où au mois de novembre 2011 M. Vladimir ALTOUKHOV végétarien, qui ne mangeait jamais de la viande, a eu le cancer oncologique de son estomac. Ce dernier était enlevé dans l’hôpital à Perpignan, où  M. Vladimir Altoukhov a passé la chimiothérapie. Car j’avais habité dans ce même appartement, j’ai reçu 4 boutons avec la tumeur. Les premiers 3 boutons oncologiques sur mon pied gauche étaient enlevés à l’hôpital de Perpignan, car ceux-ci présentaient le danger pour mon organisme. Le 4e bouton, reçu par moi à Perpignan, se trouve sur mon œuf gauche. Ce dernier sent la douleur parfois. Mais ce bouton ne présente pas le danger oncologique selon ses derniers examens à l’hôpital de Lausanne.

 

image001

 

21)                   Après mon logement à Perpignan, j’ai commencé à perdre la mémoire et mon sang a cessé de passer normalement sans difficulté à travers toutes mes artères. Mais mon corps est jeune. Ma jeunesse essaye de vaincre le résultat de ma vie dans l’appartement dangereux à Perpignan.  Le 3 novembre 2014 à Berne, M. le responsable a souligné particulièrement en allemand que mon obligation de déménager à l’appartement dangereux était la persécution politique et non économique. C’est pourquoi, je ne demandais pas l’asile politique en France. Cette dernière se trouvait sous la pression du Shabak et de l’Association de la Sécurité Nationale des Etats-Unis comme le SEN en Suisse.

22)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 de SEM a fermé les yeux sur mes cicatrices sur mon cancre. Ces cicatrices ne peuvent pas avoir leurs causes économiques (vidéo avec ma tête rasée sur la clé USB). C’est comme le remplacement de M. Christophe Ersmann pendant l’année académique 2013-2014 par Gianfranco Soldati de Freiburg. Ce remplacement temporaire était bien plus cher pour l’Université de Lausanne que le travail stable de M. le Professeur Christophe Erismann sur sa propre place légale, à l'automne 2013. Il avait sa propre collaboration avec l’Université de Lausanne pendant 3 ans non pour une année sabbatique 2013-2014 sans travail. Ce même fait confirme encore une fois que ma demande d’Asile en Suisse (?????) NEUTRE (?????) est POLITIQUE ET NON économique. 

23)              Cette même Décision d’Asile a inverti ma peur de revenir en Israël. Cette dernière n’est pas liée avec ma vie dans la rue. 16 ans plus tard, après mon émigration en Israël, je voudrais que le pays ILRAËL n’existe jamais sur le Globe Terrestre. C’est pourquoi, j’aurais peur de revenir en Israël avec son passeport dans mes mains et sans aucun droit sur ma vie, si mon arrêt, en Europe, du 5 janvier 2009 d’aucun Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1 était possible, alors que je me trouvais en Israël du 8.05.2008 au 31.01.2009. La source de ma guerre froide contre Israël était  mon grand stress lié avec mon absence du droit de rédiger ma thèse en France, en Belgique et en Espagne en 2010 sous la pression israélienne. Comme les sacrifices de Donbass ne voudront jamais revenir à l’Ukraine et devenir les ukrainiens, de cette même façon je n’irai jamais en Israël et je ne voudrai pas avoir sa citoyenneté. Je ne suis pas circoncit et je n’étais jamais juif dans mon cœur. Depuis 2006 jusqu’à 2010, je jouais le rôle du juif pacifique sans sa propre opinion pour me débarrasser des persécutions du Shabak. Le 3 novembre 2014, j’ai dit nombreuses fois au responsable pour mon audition à Berne que je ne suis pas contre les juifs liés avec la mafia mondiale, alors que ces mêmes grands juifs ne persécutent pas mes amis pour leur désir de m’aider. Je ne perds pas l’espoir que cette même décision d’asile N 572 093 Kop n de pers. 173 245 47 soit analysée de nouveau sans pression des Etats-Unis et d’Israël, où je ne reviendrai JAMAIS.

24)             La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 de SEM a masqué mon stress. Ce dernier m’avait obligé à devenir l’animal sans espoir et m’a fait dire «Hi Hitler» au grand rabbin de Strasbourg M. Gutman. Mais j’ai dit cette affirmation pour les juifs et non pour les antisémites. Je lui ai dit que je suis contre l’existence du pays Israël, car ce dernier dirige tout le monde et que je veux être responsable pour tous les ennemis de cette même société juive auprès de laquelle s’incline tout le monde des goïms. J’ai dit à Gutman que je consacrerai toute ma vie pour la guerre froide contre l’antigoïsme et que je veux être responsable pour tous les ennemis des juifs, contre la mafia juive qui m’interdit de vivre. Pour le Grand Rabin de Strasbourg, sous la pression de mon stress je lui ai dit que je suis fatigué d’avoir peur. C’est pourquoi, contre mes bourreaux israéliens, je crie: «Hi Hitler» sans droit sur ma vie pour seuls les juifs, dans la société de seuls les juifs ET NON POUR LES ANTISEMITES, NON POUR L’ANTISEMITISME. M. Vladimir Ivanovitch Altoukhov m’avait présenté l’hébergement de 2007 à 2012. Il avait pensé que l’obligation à habiter dans cet appartement dangereux à Perpignan était liée avec le fait qu’il m’avait présenté son logement et avait prolongé ma vie depuis 2007 jusqu’à 2012.  Sa peur des services secrets d’Israël m’a obligé à quitter M. Altoukhov et rester dans la rue. Seul ce stress m’a provoqué revenir à Strasbourg et dire encore une fois que je soutiens tous les ennemis d’Israël. Pour ces mêmes mots, les hommes, comme moi, attendent la condamnation de mort.  Selon tout que Israël avait fait contre moi, en Israël j’aurais pu être responsable pour toutes les actions des fascistes contre les juifs pendant la 2e guerre mondiale, si j’étais revenu en Israël, dans le pays de tout le mal humain. Si la Suisse m’obligeais à quitter son territoire, j’irais à Donbass afin d’enseigner les esclaves russes en Ukraine. Je leur raconterai toute mon histoire en Europe depuis 2006 jusqu’à 2015, car l’Europe ne désire que le décès pour la plupart des représentants de notre nationalité russe. Je ne peux pas croire que la Suisse ne veut pas reconnaître la vérité.

25)              Si mon retour en Israël ne m’avait pas menacé par ma mort pour mes affirmations contre les juifs et contre Israël à Strasbourg en 2010 et en 2011 auprès M. Gutman le grand rabbin d’Alsace, je n’aurais jamais demandé l’asile politique en Europe totalitaire.

26)              Sur la base de ces 75 documents de mes 3 dossiers, cette même Décision n’a pas analysé le fait que depuis 2002 jusqu’à 2008 et de 2010 à 2015 je ne pouvais pas habiter en Israël, car je ne avais aucun droit sur mon travail légal en Israël, ni afin de payer mon assurance médicale israélienne sous la peur de perdre mon dernier travail illégal en Israël à cause de mon payement pour mon assurance obligatoire. Si j’étais resté en Israël en 2004 après la mort de ma mère non juive, déjà en hiver 2004 j’aurais dû mourir du froid dans la rue sans droit sur mon travail légal, sans argent et sans possibilité de me réchauffer et me sécher dans les foyers pour les drogués, car je ne fume jamais et je ne bois jamais d’alcool.

27)              Cette Décision a fermé les yeux sur la réalité que les événements liés avec les persécutions israéliennes contre moi passaient non sur le territoire d’Israël depuis 2004, car si j’étais resté en Israël, j’aurais été un cadavre au mois de décembre 2004.

28)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’a pas accepté le fait que, depuis l’automne 2000 jusqu’l’automne 2010, je ne disais rien contre les juifs et contre leur Israël. Je jouais le rôle du juif goï russe qui n’avait aucun point de vue et voulait diminuer les persécutions contre moi, car j’essayais de soutenir ma thèse sans répressions israéliennes en Europe.

29)              Tous mes événements depuis 2006 jusqu’à 2012 sont concrets et n’ont aucune vraisemblance. En outre, aucun de ceux n’était pas analysé par la Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47

30)              Mon audition à Berne n’a pas voulu reconnaître le fait qu’à l’Université du Québec de Montréal les professeurs avaient peur de m’inscrire en thèse sous la pression israélienne. Si j’avais soutenu ma thèse à Montréal, en Israël mon diplôme de docteur canadien aurait présenté le grand danger pour la mafia israélienne qui rédige les thèses pendant 40 ans et pendant ces mêmes 40 ans occupe toutes les places des enseignant à toutes les Universités israéliennes. Leur crainte de suivre ma thèse correspond à cette même peur équivalente à celle à l’époque de Staline en URSS de 1937 à 1953.

31)              Je prie votre recours d’accepter que pendant 3 ans et 3 mois, alors que j’habitais en Suisse, je n’ai rien dit contre les juifs, car il n’y avait aucune cause de toucher les rois juifs qui dirigent tout le monde. Je n’ai rien dit contre mes bourreaux israéliens et américains, alors que ces derniers avaient obligé Christophe Erismann à partir de l’Université de Lausanne aux vacances sabbatiques pendant l’année académique 2013-2014, contre son désir. Au printemps 2014 à l’Université de Lausanne, ce même fameux professeur de la philosophie médiévale m’avait dit le propos qu’en 2016 il devra finir d’enseigner à cette Université, car cette dernière ne signera plus certain document lié avec leur collaboration. Si la Suisse m’avait permis de rédiger ma thèse en Doctorat à l’Université de Lausanne en 2014, Christophe Erismann m’aurait présenté la possibilité de soutenir ma thèse pendant une année. Si j’avais soutenu ma thèse à Lausanne en 2015 ou en 2016, quelle menaces les présentait-il mon diplôme de docteur en philosophie pour la Suisse, alors que je n’aurais pas demandé l’asile et aurais-je pu émigrer au Canada par l’enquête d’émigration officiellement????? Au printemps 2014, je comprenais parfaitement que si les services secrets de la Suisse et non d’Israël avaient fait tous ces mêmes problèmes pour M. le Professeur Christophe Erismann, pour la Suisse, il aurait été bien plus beau marché de m’envoyer cette même Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 pleine de ces mêmes mensonges en 2013 qu’inviter le Professeur Gianfranco Soldati de l’Université de Fribourg et lui payer le salaire bien plus haute que pour M. le jeune Professeur Christophe Ersmann, si ce dernier n’avait pas reçu ses propres vacances sabbatiques non prévues par sa collaboration Pablo Garcia Castillo n’avait pas prévu celles pendant l’année académique 2011-2012 en Espagne et comme Frédéric de Buzon ne les avait pas en 2010-2011 en France. Ni en 2013, ni en 2014, ni en 2015, je n’ai rien dit contre les juifs malgré ces mêmes persécutions des professeurs qui vouaient suivre ma thèse. En 2011, j’ai dit «Hi Hitler» au grand rabbin Gutman, car l’impérialisme de votre Europe totalitaire m’obligeait à mourir dans la rue en France. Si je n’avais pas demandé l’Asile politique en Suisse, je serais décédé en 2012, car en 2012 la Russie n’était opposée au totalitarisme du régime draconien en Europe. Ce totalitarisme masqué soutient l’antisémitisme réel en France dans les quartiers arabes. Ces derniers peuvent légalement tuer les juifs pour leur chapeau religieux. Maintenant, l’Europe manifeste le fait que les néofascistes estoniens dansent sur les ruines du camp de concentration. La Communauté Européenne dévoile le concours du meilleur néofasciste plus fort en Estonie, car, parmi tous les pays du monde, l’Estonie est bien plus opposée aux russes, pire que la Lettonie fasciste de cette même façon. Au contraire seulement contre moi, car je suis un russe stressé par les sacrifices de l’impérialisme israélien, du reste, rien n’indique qu’une éventuelle condamnation pour les propos que vous avez tenu en public vous exposerait, en Israël, à de sérieux préjudices au sens de l’article 3 LAsi. Je n’étais jamais contre les juifs pauvres. J’affirme que M. le responsable et l’auteur de cette même Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’avaient aucune connexion par correspondance, car, le 3 novembre 2014, M. le responsable pour mon audition avait constaté en allemand, à travers son ordinateur, le fait que je n’étais jamais contre les rabbins et contre les autre juifs civils qui ne me faisaient jamais le mal pour moi. Je suis le résultat du programme du Shabak et de l’Association de la Sécurité des Etats-Unis contre les russes dans tous les pays du monde.

32)             La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 affirme que «le 15 février 2010, vous auriez déposé plainte contre la France et le Canada  auprès de la Cour européenne des droits de l’homme.  Cette plainte serait encore pendante». J’ai dit beaucoup de fois à M. le responsable pour mon audition le 3 novembre 2014 qu’il y avait mon dossier 7170/10 à la Cour des «Droit» de l’homme depuis 2008. Cette cour a registré que ce même dossier de Kiriyatskiy était renouvelé pendant 4 fois: en 2008,

 

image013

 

en 2009, en 2010

 

image014

 

et en 2011. En outre sans explication, tous ces mêmes quatre dossiers étaient perdus par la Cour des «droits» de l’homme à Strasbourg.  La  décision d’asile N 572 093 Kop n de pers. 173 245 47  ne veut pas comprendre le fait QUE MES DOSSIERS PERDUS NE POURONT JAMAIS ÊTRE ANALYSÉS PAR LA COUR DES «DROITS» DE L’HOMME NI EN 2015, NI EN 2025, NI EN 2035, CAR MON DOSSIER 7170/10  N’EXISTE PAS À STRASBOURG DEPUIS 2011.

33)             La Suisse (???) soutient-t-elle (???) l’absence de mon droit sur l’alibi malgré les confirmations directes, alors quela Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’accepte aucun des ces mêmes événements concrets qui illustrent les persécutions israéliennes contre moi justifiées par le Canada, par la France, par l’Allemagne, par l’Espagne et par la SUISSE AUSSI??? Je ne crois pas ainsi, c’est la raison pour laquelle je vous rédige cette même lettre au recours. Il y a cette même absence du droit minimal de l’homme sur l’alibi en Europe. Ce fait explique l’affirmation suivante de la Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 dans le 3e paragraphe sur sa page 6: Cette appréciation n’est en rien modifiée par les difficultés rencontrées lors de la rédaction du procès-verbal de votre audition, durant laquelle vous n’avez pas toujours laissé suffisamment de temps à l’interprète (du français en allemand) pour traduire vos déclarations. Mon audition avait le traducteur du français en allemand. Ce dernier avait traduit incorrectement mon affirmation confirmée par ma pratique vitale. J’ai dit  que de 2004 à 2014 mon Israël, l’Europe et l’Amérique du Nord présentent ensemble la zone des pays totalitaires comme l’URSS à l’époque de Staline et je voudrais que leur politique actuelle SOIT comme en URSS APRÈS LA MORT DE STALINE ET NON PENDANT SA VIE. Le traducteur avait interprété cette mon affirmation incorrectement. J’avais dit que je voudrais qu’en Europe totalitaire la politique soit non comme pendant la vie de Staline mais comme après son décès en URSS depuis le 5 mars 1953 et plus tard. Le traducteur a traduit cette même phrase par «mon désir que l’Europe soit comme l’URSS pendant la vie de Staline». Cette traduction était incorrecte. Si la Décision d’Asile N572 092 Kop N de pers. 173 245 47 de SEM, qui était composée le 20 février 2015 et non le 20 février 2013, ne se trouvait pas sous la pression politique de l’ASN des Etats-Unis et du Shabak d’Israël, cette même réponse aurait l’analyse de tout mon discours traduit en allemand le 3 novembre 2014. En outre, sous cette même pression politique américaine et israélienne, cette Décision d’Asile de SEM n’a rien dit pour quelle raison je préférais la vie misère dans la rue et je n’avais pas demandé l’Asile en France, en Belgique, en Allemagne et en Espagne depuis 2006 jusqu’à 2012? En outre, cette décision affirme l’information qui n’a aucun rapport avec la réalité: C’est sur la base des déclarations que vous avez formulées par écrit (pièce A 18, moyen de preuve 8) que les faits pertinents en manière d’asile ont pu être établis et que toutes les allégations importantes ont été PRISES EN COMPTES (???????) Les difficultés recentrées lors de l’audition ne chargent rien au fait que vos allégations ne sont pas pertinentes au regard du droit de l’asile. Cette même affirmation démontre qu’en Europe totalitaire, sans aucune difficulté, l’on avait la possibilité de m’attribuer l’assassinat humaine, la distribution des drogues, les violences et toutes les actions criminelles falsifiées pour n’importe quelle année et sur tout le territoire du Globe Terrestre malgré mon activité dans l’autre pays par tous mes documents pendant mon action «criminelle» falsifiée du pays, où je ne me trouvais pas. Au contraire, l’Europe justifie les persécutions plusieurs hommes, car ils voulaient m’aider dans leurs Ecoles Doctorales et me présentaient le logement gratuit comme M. Vladimir Altoukhov. La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’a fait aucune appréciation du fait que M. le russe Vladimir Altoukhov avait sauvé ma vie à Strasbourg et à Amiens depuis 2007 jusqu’à 2012. Si je n’avais pas pu habiter dans son bon appartement à Strasbourg et dans ceux dangereux à Perpignan, j'aurais dû être décédé du froid en hiver de 2007 à 2008, car j’aurais passé toutes les nuits dans la rue sous la pluie ou dans ma tente avec les trous. Ni en Israël, ni à Strasbourg, ni à Perpignan, pour moi pendant plusieurs mois, l'on ne pouvait pas trouver quelque foyer de pauvres pour me séché et me réchauffer. L’auteur de la Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 ne veut ni voir ni analyser le fait qu’il y a un spécialiste du Masters confirmé au Canada dans ma voix, le premier traducteur poétique en français du poète occitan Guillaume IX, duc d’Aquitaine dans mes travaux scientifiques, car je ne suis que l’esclave sans droit sur ma propre vie. C’est pourquoi, il est impossible de poser ma question pour quelle raison, pendant 15 ans dans ma voix, ce même spécialiste n’avait aucun droit ni sur le travail par ses propres spécialités, ni sur le travail sans qualification??????????? J’avais ce même droit sur le travail sans qualification en 2008 et en 2009 en Israël. Ce même droit était annulé en 2010 par le Shabak comme de 1999 à 2008. Pour quelle motivation, l’auteur de cette décision ferme-t-il ses yeux sur ces mêmes faits?

34)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 du Secrétariat d’Etat aux migrations n’a pas registré le fait que la France m’a transféré à Tel-Aviv le 8 mais 2008 en dehors de  l’ordre, car la décision du juge Pierre Wagner avait annulé mon arrestation et m’a permis de rester en France jusqu’à la soutenance de ma thèse en 2010.

35)              Cette Décision n’a pas voulu accepter ces mêmes documents et n’a pas analysé le fait qu’à 16 heures, le représentant du service social "Cimande" m’informa que je devais être libéré en raison de l’absence de l’appel du procureur. Mais la police ne m’a pas permis de quitter la prison. La détention était motivée par l’absence du document de la Préfecture. Ce dernier devait indiquer la date limite de mon obligation de quitter la France. Encore, à 23 heures la police me promit qu’après avoir reçu le document nécessaire de la Préfecture je serai remis en liberté. Le 8 mai à 03 h 00 de la nuit, la police est entrée dans ma chambre comme des SS affirmant que l’on m’aurait envoyé en Israël sans mon accord. J’ai exigé que l’on me présente le document officiel, dans lequel était déclarée la légalité de mon obligation violente de quitter la France. J’ai dit que s’il n’y avait aucun document légal, sinon que mon expulsion n’avait eu que le caractère totalitaire du stalinisme. Staline est décédé le 5 mars de 1953. Aucun autre dictateur soviétique n’avait le pouvoir de ne pas se soumettre aux décisions du Tribunal de Grande Instance. Seulement pendant les répressions de la Grand Terreur de Staline, les représentants des services secrets préfixèrent de la nuit afin de jeter en prison les esclaves soviétiques, alors que tout le monde dormait et ne pouvait pas constater leur violence. J’avais dit à la police que son action illégale n’était que l’empreinte du stalinisme et que sans archive de ma famille je ne saurais quitter la France. Les soldats sont partis. Mais seulement 15 minutes plus tard, leur deuxième visite dans ma chambre était toute autre. Les soldats me jetèrent du lit sur le plancher comme un chien. Ils m’ont passé les menottes sur les mains. Ils m’ont conduit comme un voleur vers la voiture sans motivation, sans documents légaux, en manifestant la violence. Ils ne m’ont pas permis de prendre mes valises du domicile de M. Vladimir ALTOUKHOV. 

 

 

 

 

36)              La police française ne m’a donné aucun document qui démontre le fait que la police française n’a pas voulu exécuter la décision de M. le juge Pierre Wagner, selon laquelle je devais être remis en liberté.

 

image006

 

 

 

 

image005

 

L’affirmation que le doctorant Kiriyatskiy n’a nulle spécialité n’était qu’en dehors de l’ordre.

 

image004

 

37)              Si la police française (du pays démocratique) avait eu le droit de ne pas me présenter le document vérifié cette même violence opposée à la décision de M. le juge Pierre Wagner, aucun pays: ni Israël, ni tous les pays africains et asiatiques n’auraient jamais présenté aucun document vérifié leur persécutions pour aucune sacrifice réelle. En outre, seuls les rois obligent leurs esclaves en police à présenter, pour ces mêmes rois, certains documents falsifiés qui témoignent les persécutions falsifiées pour les menteurs riches et non pour les sacrifices aux pays du troisième monde. Je n’ai que la vidéo qui illustre le fait qu’en 2009, alors que j’avais le droit sur le travail en Israël, la police a obligé à dormir dans la rue en été 2009 sans motivation, car la police israélienne m’avait obligé illégalement à quitter ma petite chambre qui était indiquée dans mon passeport jusqu’à 2010. https://www.youtube.com/watch?v=wEU9J4ucvto

 

 

38)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 du SEM des esclaves néostaliniens n'a pas expliqué, dans sa réponse, le fait qu'Israël obligeait les habitants des foyers "Passerelle" et "Friant" à m’infecter de la "Gale de chien" que je revenais en Israël sans espoir. S’il n’avait eu aucune pression politique, cette même décision aurait analysé 4 provocations de mon stress lié avec la couverture infectée. Par ces couvertures, l’on infectait mon corps de nouveau 4 fois afin d’obliger à brûler ma peau de nouveau à travers cette même violence sous la direction israélienne.  Cette même violence, qui m’a laissé les cicatrices pour toujours, ne peut pas être liée avec aucune économie d’aucun pays. https://www.youtube.com/watch?v=F9fW-X1wr9M

 

 

39)              Ces mêmes cicatrices, laissées sur mon corps après 4 provocations, conduisent vers les menaces à tous les russes. L’on essayait de me persuader de prenne des drogues neuroleptiques, masquées par cette décision. Celle-ci ne décrit rien lié à l’absence de mon droit de téléphoner à l’Université de Picardie et à l’Ambassade d’Israël sans permis du médecin, car cette même Ambassade à Paris dirigeait ces mêmes psychiatres à Amiens. Ces derniers ne pouvait pas financier, sans soutenance israélienne,  leurs menaces que l’on pouvait brûler mon cerveau. Où est-elle quelque appréciation de mon obligation d’utiliser le médecin Me Cornier pour obtenir ma liberté ? Où cette même Décision négative a expliqué la provocation de mon stress lié au billet d’avion de Paris à Tel-Aviv le 3 mars 2007???  La réponse du SEM n’a pas illustré que de 2006 à 2007 j’avais la carte de séjour en France, signé et dirigé par Israël. Car cette même violence physique et politique était dirigée par l’ASN des Etats-Unis et par le Shabak d’Israël, l’on a fait certaine provocation liée à mon billet d’avion de Paris à Tel-Aviv le 3 mars 2007. En outre, M. le responsable, qui parlait allemand avec moi le 3 novembre 2014, avait posé la question et cette même question était traduite correctement en allemand: «Qui peut-il démonter qu’il y avait le billet d’avion de Paris à Tel-Aviv le 3 mars 2007? J’ai répondu que le prêtre Dominique-Marie DUPRE 2, rue de l'Hôtel Dieu 80100 ABBEVILLE dupre3@vanadoo.fr  pouvait confirmer le fait que l’on m’avait expliqué que le même billet serait daté du dimanche 3 mars 2007, qu’une voiture spéciale serait venu me prendre de l’hôpital et que j’aurais dû apporter là toutes mes valises de la Cathédrale. Vendredi soir, tous mes bagages se trouvaient avec moi à l’hôpital. J’ai signé le document, dans lequel il s’agissait que du dimanche matin le 3 mars 2007, donc j’aurais quitté l’hôpital sans droit de revenir. Samedi soir, on m’a dit qu’il n’y avait aucun billet ni de voiture pour me conduire à l’aéroport comme l’on l’aura fait contre mon grès le 8 mai 2008. Le 2 mars 2007, l'on m’avait expliqué que si j’étais parti de l’hôpital afin de transporter de nouveau mes valises à la Cathédrale, on m’aurait obligé à le quitter l’hôpital le même 2 mars et de dormir dans la rue pendant 2 nuits. Il s’agissait là d’une dernière tentation de provoquer mon stress. La distance à parcourir à pied de mon bâtiment de l’hôpital à l’autobus était 800 mètres samedi, alors que l’autobus spécial arrivait là. Celle-ci était de 3 kilomètres dimanche, car il n’y avait pas le même autobus. Il était impossible de marcher avec 80 kg de bagages.  J’ai compris que je devais passer 2 nuits dans la rue. M. le prêtre DUPRE est arrivé immédiatement à l’hôpital dans sa voiture et, de nouveau, il a repris toutes mes valises dans son bureau.  J’ai rencontré en même temps une femme russe. Son fils était patient de cet hôpital. Elle m’a permis de dormir pendant deux nuits dans son appartement. Le 5 mars 2007 l’Université de Picardie m’a présenté un logement gratuit. Le vice président de l’Université m’a laissé croire qu’on me permettrait d’habiter là jusqu’au mois d’août 2007. Si la réponse de SEM en Suisse ne se trouvait pas sous la pression politique, celle-ci aurait analysé toute cette information liée avec mes 2 grandes cicatrices sur ma tête organisées par Israël et par les Etats-Unis en France, car cette même information était bien traduite en allemand et soutenue par le responsable.

40)              Pour ma nationalité russe en Europe et en Amérique, l’asile politique n’était présenté que pour les tentations de déstabiliser l’économie et l’indépendance politique de la Russie actuelle. C’est la raison pour laquelle, je n’avais pas demandé l’Asile en France de 2006 à 2012.

41)              Israël n'était jamais mon pays d'origine. En Russie et en Ouzbékistan, il était impossible de figurer que j’avais les difficultés économiques. J’aurais gagné beaucoup d’argent dans ces mêmes deux pays de mon origine, si j’avais eu le MASTER DEUX en philosophie soutenu à l’Université des Etudes de Trente en Italie. Cette dernière occupe la deusième place dans la liste des 61 meilleures universités italiennes http://www.ilsole24ore.com/speciali/classifiche_universita_2015/home.shtml. C'est la raison pour laquelle, mon MASTER DEUX était confirmé par la Commission Européenne, par l’UNESCO et par le Conseil de votre Europe totalitaire et criminelle en esclavage de l’Association de la Sécurité Nationale des Etats-Unis et du Shabak en même temps. J’aurais acheté la maison de 3 étages en Russie et en Ouzbékistan, si j’avais étudié en doctorat à l’Université de Strasbourg malgré le fait que je n’avais aucune possibilité de soutenir ma thèse. Seulement en Israël, dans le pays bien plus riche que la Suisse, il était possible de constater mes difficultés économiques sans étonnement. Si vous aviez toutes ces mêmes instructions, saviez 5 langues avec le stage du traducteur et si vous n’aviez aucune maladie du corps beau et jeune à votre âge de 45 ans comme à l’âge de 25 ans, en Israël

 

image017

 

42)              vous n’auriez pas eu le logement et n'auriez pas pu exercer un travail à long terme ni terminer votre thèse de doctorat. Vous également eu des problèmes avec l’assurance maladie et vous seriez retrouvé dans l’obligation de payer après coups des impôts  sur les véhicules. Cette Décision d’Asile présente la trésor historique, car celle-ci illustre la bureaucratie de l’Europe totalitaire et fatale sans aucune allusion ni sur la démocratie, ni sur son indépendance. Dans les pays du 3e mondes, les hommes comme moi deviennent très riches. En Israël, dans ce même pays plus riche que la Suisse NE POUVAIENT JAMAIS APPARAÎTRE CES MÊMES PROBLÈMES «ECONOMIQUES» SANS PERSESUTION TOTALE. Les problèmes de notre cas étaient possibles SEULEMENT À L’EPOQUE DE STALINE EN URSS SOUS LA PRESSION DU TERREUR.

43)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 du Secrétariat d’Etat aux migrations SEM ment, alors que ce dernier affirme que je suis né des parents JUIFs. Mon père Vadim Petrovitch Kiriyatskiy, né en 1936, avait l’origine des NOBLES RUSSES. Il n’avait aucun familier de juifs. Ma mère Nina Veniaminovna Khaèt était la fille du juif compositeur Veniamïn (Benjamin) Khaèt. Mais sa mère Galina Ieremeyévna Tsvetkova était russe et n’avait aucun familier juif aussi comme mon père. En Israël, l’appartenance à la nationalité juive et le judaïsme, tous deux sont déterminée par la nationalité de mère. En Israël, ma mère Nina Veniaminovna Khaèt était considérée la russe, fille du juif. De cette même façon, je suis russe, le petit fils du juif, et NON JUIF, car ma mère n’était pas juive et son corps était enterré au cimetière chrétien des russes non juifs en Israël. 

44)              La décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 du Secrétariat d’Etat aux migrations SEM n’a pas reconnu le fait et n’a pas publié mon affirmation politique que si les soldats israéliens m’avaient tué en aéroport de Tel-Aviv, leur action aurait été positive pour moi. L’assassinat de mon corps jeune aurait eu le rôle de l’euthanasie afin d’éviter mes souffrances horribles au Canada, en France, en Allemagne et en Espagne. SELON LA DECISION  NON OFFICIELLE DE L’AMERIQUE ET DE L’EUROPE, les russes doivent mourir très lentement à travers nombreuses souffrances comme moi sans droit sur ma vie. La confirmation de ce même fait est l’ignorance du génocide des hommes de ma propre nationalité russe en Ukraine. C’est la cause essentielle pour laquelle depuis 1999 jusqu’à 2010, je n’avais nul droit ni sur ma vie, ni sur ma mort par les mains des soldats israéliens en aéroport de Tel-Aviv en 2004.

45)              En 2011, alors que les 3 professeurs espagnols étaient persécutés, car ils voulaient suivre ma thèse et M. Altoukhov avait reçu le cancer de l’estomac à cause de la vie dans l’appartement dangereux à Perpignan, j’ai confirmé mon but d’être responsable pour l’assassinat des juifs pendant le 2e guerre mondiale que le pays Israël n’existait plus. En Israël, tous les hommes qui affirment ces mêmes points de vu doivent être assassinés par la condamnation de mort et leurs cadavres ne doivent jamais être enterrés.

46)             Sur la 4e page dans le 2e paragraphe, la Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 affirme que je me contredis de manière considérable en ce que je concerne en ce qui concerne la menace que ferait peser le Shabak sur moi de 2000 à 2010, alors que je ne disais rien lié avec ma responsabilité pour l’assassinat des juifs pendant la 2e guerre mondiale. NON. Plusieurs fois, je priais M. le responsable DE NE PAS TOUCHER LES SOLDATS ISRAELIENS et attirer son attention sur mon appartement pauvre sans toilette et sans eau au dernier étage, où je ne devais pas habiter après l’invasion de la police là pendant mon absence. Cette même adresse est indiquée dans ma pièce d’identité et dans mon passeport et je n’avais aucun droit d’habiter là. J’ai téléchargé en vidéo cet appartement, car la police avais rompu ma serrure et m’a obligé à habiter dans la rue en 2009, comme toujours. 2008 et 2009 étaient 2 ans, alors que j’avais le droit sur mon travail physique en Israël et sur le payement de mon assurance médicale. J’étais d’accord avec ma vie dans la rue, car j’avais le droit de travailler chaque jour pendant 12 heures et j’avais le droit de rédiger ma thèse à Strasbourg. M. le responsable m’a posé la question pourquoi ai-je perdu ce même droit en 2010?  Je leur ai dit que je n’avais aucune idée: POUR QUELLE RAISON AVAIS-JE EU LE DROIT SUR LE TRAVAIL EN ISRAËL EN 2008 ET EN 2009 ????? (Document non vraisemblable en vidéo N2)

47)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’a pas constaté le fait que pendant plusieurs fois, j’ai dit à M. le responsable qu’il y avait 4 causes pourquoi le Shabak m’a interdit de travailler: 1) En 1999, je n’ai pas pris le prêt en 200 000 shekels afin d’acheter l’appartement en crédit, 2) en 2000, après la publication de mon livre, Israël voulait que je recevais toujours l’assistance sociale comme le malade mental sans droit de quitter Israël. Si j’avais eu quelque maladie mentale, à l’hôpital psychiatrique d’Amiens en 2007 l’on aurait déterminé celle et l’on m’aurait obligé à boire les traitements neuroleptiques. 3) J’essayais de démontrer dans mon livre en russe que le judaïsme n’est que la mythologie et cette religion n’avait aucun rapport avec Dieu réel. Si je m’étais converti au judaïsme à travers la circoncision à l’âge de 30 ans, en 2000 j’aurais reçu mon droit sur le travail comme en 2008 et en 2009, 4) En 1999, j’ai discuté le fait que la propre mafia juive dirigeait la Russie, ma patrie depuis 1991 jusqu’au 1999 par les milliardaires JUIFS: Berezovsky, Nevzlin, Gusinsky, Khodorkovsky, Arbomovitch et beaucoup d’autres. Leur tâche était l’abaissement de toute ma nationalité russe pendant cette période. En 1999, j’affirmais le fait réel que ces mêmes ennemis de tous les goïms (non juifs) ont transformé mon URSS, le pays plus riche dans tout le monde dans le territoire comparé avec l’Afrique de 1991 à 1999, car les hommes non juifs ne doivent pas vivre selon l’enseignement du Chulkhan Aroukh, commentaire du Tora au VIIe siècle après J.Cr.. J’ai dit au responsable que Igor Bialskiy, le rédacteur de l’essentielle revue russe en Israël, m’a dit que le Shabak m’avait interdit de travailler en Israël. J’ai contrôlé la traduction correcte en allemand de cette même réponse et j’ai souligné qu’il n’avait pas besoin de perdre le temps pour l’information liée avec 2000, qui n’avait aucune importance en 2015. En outre, seule cette même information inutile était présentée par les mensonges de la Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 comme l’absence de ma réponse.

48)              Cette même Décision a fermé les yeux sur le fait que le 22 janvier 2007 une dame du service social de l’Université de Picardie a dit qu’on m’avait trouvé une chambre vide dans la résidence et que cette Université payait mon logement. Elle m’avait fait prendre dans sa voiture, m’a conduit non à la résidence mais à l’hôpital psychiatrique et là m’a laissé pour désinfecter mon corps. Je ne devais pas contredire, j’étais d’accord avec toutes les conditions. On m’a fait mettre un pyjama. Je suis resté dans les chaussettes spéciales de marle sans souliers. On m’avait enfermé dans une chambre, où j’ai attendu sur une chaise pendant 5-6 heures la commission médicale. Plus tard, on m’a amené sans souliers sur la neige du même bâtiment à une voiture. Je savais parfaitement que je ne devais pas dévoiler ma douleur dû au chemin couvert de neige, qui comme le feu, m’a brûlé les pieds. La voiture m’a conduit au bâtiment avec l’isolateur dans lequel, comme je l’ai pensé, j’aurai pu reposer et passer la stérilisation. L’acide "Ascorbiole" aidait à me débarrasser de la Gale de chien.  On a brûlé mon corps 5 fois et pendant les 4 premières séances, puis on a changé tout le linge, les draps et le pyjama mais après chaque désinfection on a laissé une couverture infectée. On n’a pas provoqué de l’inquiétude et on ne m’a pas obligé à prendre les traitements neuroleptiques. J’ai essayé de dire que je me suis servi de la même couverture avant la stérilisation et qu’elle m’aura réinfecté. Après la première séance, je savais qu’on avait attendu la même réaction afin que je ne subisse pas de nouveau les mêmes souffrances. J’ai pris immédiatement conscience que ma protestation de coucher sous la couverture infectée devait être considérée comme ma "psychopathie" afin de me faire boire les drogues neuroleptiques, pour motiver mon hospitalisation et pour arrêter mes études. J’ai choisi la souffrance pour ne pas être drogué de leurs traitements, bien que je sois tranquillement couvert de la couverture infectée. J’ai étonné les femmes qui ont brûlé mon corps. Chaque processus de la désinfection avait deux étapes. On a brûlé toute ma peau la première fois et dix minutes après on a répété la tourmente. Je n’ai pas senti la douleur de la première stérilisation. Mais mes organes génitaux et ma peau sur le dos et sur la tête ont connu une douleur horrible après la deuxième tourmente. Je devais ne pas laver mon corps couvert de l'"Ascorbiole" pendant 24 heures. On a répété quatre fois ces tourmentes toutes les 48 heures, alors qu’on est arrivé chez moi afin d’ "analyser": si je me suis débarrassé de la gale ou non? Mais la quatrième fois le médecin a vu les traits brûlés sur ma peau de la tête entre les cheveux et sur le dos. Alors tout de suite on m’a conduit à l’Hôpital du Sur d’Amiens pour me montrer au dermatologue. Il a changé officiellement le numéro de l’ "Ascorbiole". Ainsi, on a menti qu’on a utilisé le numéro incorrect et on n’a pas pu immédiatement me débarrasser de la Gale et quatre tentations inutiles m’ont laissé des traces sur ma peau. Si on le désirait, je pourrais dévoiler les mêmes traits sur le dos et sur la tête sous les cheveux. Ils sont restés avec moi pour toujours après les mêmes tourmentes mais n’ont pas pu provoquer le stress. Lorsque j’ai passé la cinquième désinfection, on m’a permis de substituer la couverture infectée à la nouvelle et on a établi 48 heures après que je ne suis pas malade de la gale. En outre cette même information inutile était présentée par les mensonges de la Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 comme l’absence de ma réponse.

49)             Il y a l’affirmation de l’auteur de la Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 «Vous n’avez jamais rencontré de problème concrets en lien avec  ces propos lors  de vos différents retours en Israël». Sans permis sur le travail, je n’avais aucune possibilité d’habiter en Israël sans argent, car me menaçait ma mort, mon décès concret du froid sous la pluie en hivers dans les rue sans possibilité de me réchauffer. Mais Israël me persécutait et dans les autre pays depuis 2004 au Canada par mon absence du droit sur le statut de réfugié et sur l’inscription en Doctorat en France depuis 2006. Mes tumeurs oncologiques à Perpignan et le cancer de mon ami Vladimir Altoukhov m’avaient laissé dans la rue en stress. Ce dernier a provoqué mes propos antisémitiques. Alors que je criais ces mêmes propos pour Gutmann non pour les antisémites mais pour seuls les juifs.  En outre, si la Suisse m’obligeait à revenir au pays du mal, Israël, m’attendrait ma condamnation de mort comme pour tous qui luttent contre l’existence de ce pays à travers leur responsabilité pour les sacrifices juifs pendant la 2e guerre mondiale. Mon extradition violente en Israël, qui n’est pas le pays de mon origine, contredit à l’ article 7 LAsi selon une persécution, aux sens de l’article 3LAsi présuppose le fait, alors que la mort menacerait au requérant de l’asile, si celui-ci  revenait au pays de sa citoyenneté, c'est-à-dire, au pays du passeport de ce même requérant.

50)              La victoire de l’Association de la Sécurité Nationale des Etats-Unis invitée par Israël en 2002 contre moi est bien plus renforcée au mois de février 2015 qu’en 2012, en 2013 et en 2014.

 

 

image032

 

51)              La Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 de SEM n’a rien analysé dans sa réponse selon le fait que le pays Israël obligeait tout que les habitants des foyers "Passerelle" et "Friant" à m’infecter de la "Gale de chien" et la police n’avait rien fait rien pour l’éviter et améliorer leurs conditions que je revenais en Israël sans espoir en automne 2006. S’il n’avait aucune pression politique, cette même décision analyserait certaines 4 provocations de mon stress lié avec la couverture infectée. Par ces couvertures, l’on infectait mon corps de nouveau afin d’obliger à brûler ma peau de nouveau et seule cette même violence sous la direction israélienne obligerait à me présenter votre asile politique en 2012, en 2013, en 2014 en 2015.  Cette même violence m’a laissé les cicatrices pour toujours. Celle-ci ne peut pas être liée avec l’économie d’aucun pays. Ces mêmes cicatrices étaient laissées sur mon corps après 4 provocations. Leurs témoignages conduisaient vers les menaces totalitaires, alors qu’on essayait de me persuader de prenne des drogues neuroleptiques. Toute cette même information était masquée par cette Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 de SEM. Celle-ci ne décrit rien lié à l’absence de mon droit de téléphoner à l’Université et à l’Ambassade d’Israël sans permis du médecin, car cette même Ambassade à Paris dirigeait ces mêmes psychiatres à Amiens. Ces derniers ne pouvait pas financier, sans soutenance israélienne,  leurs menaces qu’on pouvait brûler mon cerveau. Cette décision n’a rien décrit selon mon obligation d’utiliser le médecin Me Cornier afin d’obtenir la liberté, de la provocation du stress lié au billet d’avion de Paris à Tel-Aviv le 3 mars 2007?

52)             S’il n’y avait eu aucune pression politique, cette même décision aurait analysé ces 4 provocations de mon stress lié avec la couverture infectée. Par ces couvertures, l’on infectait mon corps de nouveau afin d’obliger à brûler ma peau de nouveau et seule cette même violence sous la direction israélienne obligerait tout le monde indépendant à me présenter l’asile politique en 2012, en 2013, en 2014 en 2015. 

53)              Sur la page 5, le dernier grand paragraphe illustre et confirme l’absence de la justice en Europe totalitaire et les standards doubles. Ces derniers étaient bien illustrés par les émissions de la TV russe en 2014 et en 2015. Ce même paragraphe affirme le mensonge déjà lié avec la justification des répressions contre les hommes qui ne veulent pas mourir dans la rue sans aucun droit sur la vie. «Il n'est donc pas dit que vos déclarations antisémites et leur publications vous exposerait concrètement à une procédure pénale. Par ailleurs, la tenue en public de propos antisémites donne également lieu à des poursuites pénales selon le droit suisse. Il serait donc légitime que vous soyez poursuivi pénalement, sans toutefois que cette mesure puisse influer sur votre procédure d’asile. Du reste, rien n’indique qu’une éventuelle condamnation pour les propos que vous avez tenu en public vous exposerait, en Israël, à de sérieux préjudices au sens de l’article 3 LAsi.» Alors que j’ai crié sur M. Gutman à Strasbourg, j’étais en stress. Mais je suis opposé aux fascistes. En 2015, la Lettonie dirige le Parlement Européen. Comme en Estonie, le gouvernement de cette même Lettonie soutient les vétérans de WAFFEN SS http://fr.sputniknews.com/international/20150316/1015188769.html et organise leurs manifestations. Ces dernières vérifient l’hitlérisme pendant chaque année le 16 avril. Non en stress, le fascisme réel n’a pas empêché la Lettonie de commencer à diriger l’Europe totalitaire pour attribuer leur fascisme aux russes persécutés comme moi. La célébration du Jour de la légion Waffen SS a été officialisée en Lettonie en 1994, avant d'être abolie en 2000. Cependant, des défilés d'anciens combattants de la Waffen SS sont régulièrement organisés dans le pays.La célébration du Jour de la légion Waffen SS a été officialisée en Lettonie en 1994, avant d'être abolie en 2000. Cependant, des défilés d'anciens combattants de la Waffen SS sont régulièrement organisés dans le pays. La célébration du Jour de la légion Waffen SS a été officialisée en Lettonie en 1994, avant d'être abolie en 2000. Cependant, des défilés d'anciens combattants de la Waffen SS sont régulièrement organisés dans le pays. La célébration du Jour de la légion Waffen SS a été officialisée en Lettonie en 1994, avant d'être abolie en 2000. Cependant, des défilés d'anciens combattants de la Waffen SS sont régulièrement organisés dans le pays. De cette même façon, l’Europe assassine notre nationalité et nous inventent nos actions criminelles falsifiées comme mon arrêt du 5 janvier 2009 du Tribunal administratif fédéral TAF, E-3767/2006, 4. 1, alors que je me trouvais en Israël du 8.05.2008 au 31.01.2009. Ainsi par la pratique, l'on introduit les affirmations de M. Bob Scales (Robert Skeels), l’ex-Général des Etats-Unis. Je ne veux rien faire contre les juifs. J’ai fait ces mêmes exclamations fatales contre les juifs en stress. Parmi mes publications, je n’ai que 3 poèmes qui pouvaient être intitulés antisémitiques. Ceux-ci étaient consacrés à mes persécuteurs israéliens. Mon premier poème analyse le pouvoir des juifs en Suisse. Le deuxième vers décrit ma vie dans la rue sans droit sur ma vie en Israël, ma 3e chanson se consacre à la mythologie du judaïsme et à l’absence du rapport entre Dieu réel et cette même mythologie juive. J’envoie les copies de tous ces trois poèmes au recours lié avec ma demande d’Asile et je prie officiellement d’analyser leur contenu détail par détail afin de me présenter votre analyse de ces mêmes poèmes «antisémitiques» pour l’Ambassade de la Russie indépendante à Berne. Si je n’avais pas le passeport israélien, je ne désirerais que le bonheur à ce même pays Israël sans moi. Mais il n’y aura personne qui m’obligera à revenir en Israël. Si la Suisse m’expulsait en Israël sans mon désir, en Israël m’attendrait certaine condamnation de mort et ce même décès rapide serait bien mieux que ma mort lente du froid sous la pluie dans les rues en hiver, comme alors que je ne disais rien contre les juifs depuis 2000 jusqu’à 2010 et, alors que de 2006 à 2012 je jouais le rôle de l’israélien sans information liée avec mes persécution par le Shabak et par l’Association de la Sécurité Nationale. Si non Shabak vous avait interdit de m’inscrire en Doctorat de Lausanne, quelles menaces les presserait-il mon diplôme de docteur en philosophie pour la Suisse, alors que je pourrais ne pas demander l’asile avec ce même diplôme suisse et émigrer au Canada par l’enquête d’émigration officiellement ????? Si je n’avais pas prié l’Asile politique en Suisse, je serais décédé en 2012, car en 2012 la Russie n’était opposée au totalitarisme de votre régime draconien qui soutient l’antisémitisme réel en France dans les quartiers arabes qui peuvent légalement tuer les juifs pour leurs chapeaux religieux.

54)              Au contraire, pour les sacrifices de l’impérialisme israélien du reste, rien n’indique qu’une éventuelle condamnation pour les propos que vous avez tenu en public vous exposerait, en Israël, à de sérieux préjudices au sens de l’article 3 LAsi. Je n’étais jamais contre les juifs pauvres. J’affirme que M. le responsable et l’auteur de cette même Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 n’avaient aucune connexion  par correspondance, car, le 3 novembre 2014, M. le responsable pour mon audition avait registré en allemand, à travers son ordinateur, le fait que je n’étais jamais contre les rabbins et les autre juifs civils qui ne me faisaient jamais le mal et n’avaient aucun rapport avec le programme du Shabak et de l’Association de la Sécurité des Etats-Unis. De cette même façon, ce même M. le responsable a déclaré la vérité confirmée par ma pratique que le Mosad ne s’occupait jamais de mes persécution ni en Israël, ni au Canada, ni en Europe, car les tâches du Mosad n’illustre que les terroristes aux quels je n’appartenais jamais. M. le responsable a déclaré le 3 novembre 2014 la réalité présentée. Cette dernière démontre le fait que toutes les persécutions des hommes civils non terroristes illustrent les buts d’un seul service secret sous le titre Shabak et son équivalence aux Etats-Unis sous le titre l’Association de la Sécurité Nationale. Ce fait explique l’affirmation de Décision d’Asile N572 093 Kop N de pers. 173 245 47 que mes «propos antisémitiques ne sont donc pertinents au regard du droit de l’asile, alors que les services secrets le Shabak et l’ASN ont supprimé, dans tous vos ordinateurs, mon affirmation que ni en stress ni sans ce dernier je ne désirais rien mal pour les juifs civils en dehors du gouvernement mondial. J’oblige la commission de ce même recours à demander M. le responsable pour mon audition le 3 novembre 2014. Ce même M. le responsable confirmera le fait que le 3 novembre 2014  l’on a traduit en allemand et registré en ordinateur ma phrase que je ne suis pas contre les juifs habituels et  je ne luttais jamais contre les rabbins sans rapport avec la mafia juive qui dirige tous: le pays Israël et tout le Globe Terrestre.     

55)              Je veux qu’Israël existe sans moi et sans son passeport dans mes mains que sa mafia finisse de me persécuter. C’est pourquoi, j’ai peur de revenir en Israël, car son passeport dans mes mains sans aucun droit sur ma vie m’oblige à faire tout possible contre l’existence du pays sous le titre ISRAËL sauf le terrorisme. J’espère que la Suisse est le pays neutre et ne répètera jamais l’esclavage de l’Espagne, de la France, de l’Allemagne, etc., où le Président Angela Merckel n’a aucun droit sur ses propres discours personnels par son téléphone, car L’ASN les écoute. Pour analyser correctement cette lettre, je vous envoie 2 copies de mes 3 dossiers liés avec mes persécutions israéliennes en France, en Allemagne et en Espagne sous la pression d’Israël et de l’Association de la Sécurité Nationale des Etats-Unis. Angela Merckel, le Président de l’Allemagne n’a aucun document que les Etats-Unis écoutent tous ses discours téléphoniques personnels. De cette même façon, je n’ai aucun document qui pouvait confirmer que le Shabak et l’ASN américaine m’empêchaient de vivre en Israël, au Canada, en France, en Allemagne et en Espagne à travers mes deux actions criminelles falsifiées en Allemagne le 5 janvier 2009 et au mois de juin 2009. En outre, leur résultat m’a interdit d’étudier en Europe et d’être l’ouvrier sans qualification en Israël, alors qu’en Israël et à Strasbourg je jouais le rôle du juif sans opinion et je ne disais rien ni contre Israël ni selon ma responsabilité des persécutions contre les juifs de 1933 à 1945. Depuis 1999 jusqu’à 2008 et depuis 2010 jusqu’à nos jours, je n’avais aucun droit sur mon travail sans qualification en Israël. C’était la raison pour laquelle, sous la crainte de mourir du froid dans la rue sans droit de me réchauffer et de me sécher, en HIVER, je n’habitais pas en Israël de 2002 à 2008, et du 31.01.2009 à 2015. S’il y avait mon droit sur votre nouvelle analyse indépendante, je ne perdrais pas l’espoir de recevoir l’asile politique en Suisse. Au contraire, votre 2e réponse négative démontera la victoire de la dictature totalitaire en Europe sans droit sur mes deux alibis (08.2008-31.01.2009 et 30.04.2009-5.09.2009). Cette même dictature européenne m’obligera à apporter tous ces mêmes documents à l’Ambassade de la Russie à Berne non par la poste électronique, en outre, pour prier là l’asile politique afin de ne jamais retourner en ISRAËL. Je n’ai pas besoin de son passeport qui me permet d’arriver en Europe et au Canada sans visa. Avec ce même passeport israélien, je devais mourir du froid dans la rue sans droit sur la consécration de toutes mes souffrances. En Israël, je n’avais aucun droit sur mon travail sans qualification, alors que je ne disais rien contre Israël. Le droit sur ma vie en Russie serait bien plus chère que la possibilité de voyager en Europe et au Canada sans visa, si la réponse de votre Tribunal était négative et fermait les yeux sur ma réalité. En Russie pour tout le monde, je découvrirais l’esclavage de l’Europe, car celle-ci a perdu sa neutralité au XXIe siècle, à mes regrets.

56)              Maintenant, je me trouve en Suisse, où je ne perds pas encore mon dernier espoir sur l’analyse juste de mon recours à travers votre Tribunal administratif fédéral TAF, case postale, 9023 Saint-Gall.

 

.En conclusion, je demande l’annulation de la décision du SEM et du 20 février 2015 que la Suisse m’accorde l’asile et annule mes arrêts falsifiés le 5.01.2009 et au mois de juin 2009.

 

Alexander Vadimovitch KIRIYATSKIY, le 21 mars 2015_________ (Nombreuses pages renouvelées et corrigées le 31 mars 2015)

 

"Éuterpé cóhibét // néc Polý-hýmniá

Lésborúm réfugít // ténderé bárbitón;

quód si mé lýricís// vátibús ínserés,

súblimí fériám // síderá vérticé."

 

"Si Eutrope ne fait pas // taire une flûte toutefois

En Lesbos, Polymnie // ne défend plus quelles lyres,

m'accordez, car donnez // leurs places des âmes lyriques

pour ma tête orgueilleuse, // frappe nos astres bien fort. "

 

(Quinte Horace Flacce)

 

Pour l'asile d'un destin neutre, contre le mal

 

Vive l'étoile de justice, // car Suisse a l'idéal,

Sa sagesse neutre est // éternelle d'or égal,

Qui, pendant deux cent ans, // garde son Piédestal

Afin d'être pour tous // l'arbre des lois morales.

 

Comme il y a deux mille ans, // je rédige, par Horace,

Mon vers chez Mécénat. // Comme à Rome, Berne, grâce

À sa gloire du savoir, // brille dans tous ses espaces

Car permet de sauver // l'ordre de toutes nos races.

 

Je suis, par mes quatrains, // requérant d'Asile-Bagne,

Je consacre chaque groupe // des syllabes aux montagnes.

Quatre langues s'unissent, // par lesquelles, leurs gens gagnent

La richesse infinie // opposée à l'Espagne.

 

L'allemand crée l'ouvrage // du langage essentiel,

Lit Albert de Hallèr, // par ses Alpes du ciel,

Où Burkàrt Erikà // poétesse actuelle

Gagne le prix de Schillèr // mais rappelle Pierre Hebèl .

 

Aymon de Montfaucon // touche l'esprit médiéval,

Des lecteurs francophones. // L'aile de la cathédrale

Donne Jean Georges Lossier . // Pour nos jours, l'art dévoile

Jules-Émile Hilberer // sous leur forme cristale.

 

Martin Bovollinò // du Tessin a fourni

L'écouteur italien // de sa Suisse. L'on unit

Soave Francisque pour l'air // de Diegò Madernì,

Pierinò Pasquottì // trouve Vin-cE Fascianì.

 

Le romanche Grison // tient sa propre grammaire

Par cinq types de patois. // Leurs rapports sont ces vers

Des chanteurs... Leur trois frères // défendront l'atmosphère

De leur sœur plus cadette // qui se lève pour sa terre.

 

Et ici, je n'aurai // nul droit sur l'existence?

Mon destin dépendra // des Grands Hommes. Leur puissances

Peuvent, sans cause, m'abaisser // ou donner toutes mes chances

Comme Auguste d'Ovide.// Sous son trône, Horace danse.

 

Et l'histoire vous fera // rappeler mes souffrances

Comme pourra remercier // votre reconnaissance

De cette persécution // pour l'indépendance

Des clans qui chassent mes yeux // raisonnables aux transes.

 

L'Univers doit m'aider! // Ma Muse est son miroir

Qui reflète toute ma vie // opposée aux trous noirs.

Acceptez son futur // qui supprime toutes les gloires

Des fantômes reconnus // à travers leur pouvoir.

 

Si la Suisse m’obligeait à revenir au pays du mal sous le titre Israël, m’attendrait mon décès par l’exécution comme pour tous qui luttent contre l’existence de ce pays à travers leur responsabilité pour les sacrifices juifs pendant la 2e guerre mondiale. Mon extradition violente en Israël, qui n’est pas le pays de mon origine, contredit à l’ article 7 LAsi selon une persécution aux sens de l’article 3LAsi présuppose le fait, alors que la mort menacerait au requérant de l’asile, si celui-ci  revenait au pays de sa citoyenneté, c'est-à-dire, au pays, le passeport duquel avait ce même requérant.

 

Mes poèmes antisémitiques avec mes déclarations antisémites et leurs publications qui exposeraient concrètement à une procédure pénale

 

 

Sion est israélienne? L'actrice?

 

Tous les crimes s'invitent en Suisse

Par ses magasins. Qu'ils puissent

Faire plus riches cadeaux aux fils,

Car tu craches sur la police.

 

Pour détruire l'économie,

Le voleur devient l'ami.

L'ordre d'or s'est endormi

Et, au diable, s'est soumis.

 

Vole plusieurs vestons gratuits!

La mafia but d'aujourd'hui

Forme ses bandits depuis

Leur défense pour ta nuit

 

Sur tes êtres des hommes blancs

Qui sont les esclaves des clans

Durs, pour leur horrible plan,

Qui tuent les non juifs méchants.

 

Le mot "Sion" a l'origine

Du sionisme. La divine

Émotion nous chasse aux mines

Du carcel plein, sans cuisine.

 

Les révolutions d'Afrique

Créent l'erreur pour la panique.

Se réveillent leurs fanatiques

Réfugiés très hystériques.

 

Que la race européenne

Se battait par ses hyènes.

À l'Europe, l'on crie: "La Mienne,

Sous Ma Foi, n'est plus chrétienne",

 

Que chaque milliardaire retire

Son argent des banques, Sir

Quitte sa Suisse, pour son plaisir,

Qu'Israël ne puisse pas rire.

 

Vive l'absence des voleurs

Qui détruisent l'œil d'un bonheur

Ne rompez jamais les mœurs

Du soleil en sept couleurs.

 

Pour vos fascistes comme Schulze...

 

L'offre n'estime pas mes pulses,

Trouve sa cause et l'on m'expulse

De l'Europe En Israël,

Je passe chaque nuit sous le ciel,

Où je ne bois pas le miel,

Car je suis un juif partiel.

 

En été, je n'ai pas froid

Dans la rue, je dors sans droit:

Sur un lit qui n'est pas cher

Dans une chambre, en hiver.

L'on rappelle là à Hitler

De vos morts, pendant ses guerres:

 

Et pour moi et pour ces juifs...

Vos derniers bandits me griffent

L'âme que je sois animal

Sans aucun travail très sale,

Sans nul bon concept moral,

Contre l'homme hébreu sans mal.

 

 

Providence de notre Porte et l'autre ordre

 

Dieu crée toutes nos dimensions, par leurs seins des matières cosmiques.

Comme aux étoiles, aux planètes donne Ses vies dans l'espace physique.

Leurs raisonnables envoient, à Dieu, leurs prières symboliques.

Chaque énergie naît divine, car passe sans cauchemar diabolique.

 

Mais je suis un philosophe des pécheurs, sans raison d'action.

L'on trouve l'abîme des questions sous la règle des traditions.

L'île de leurs cultes paraît. L'heure obscure rêve des répressions.

Son pain rassis perd ces phrases des mortels, par les combustions.

 

L'homme trouve la tombe des Fois par leurs dogmes au Moyen Âge,

Et ses serments ne sauvent pas. Pour leur fidélité en rage,

Griffent, contre Dieu, le mensonge, la foudre des maux images,

Que, par six jours, Dieu forma l'Univers, pour nos grands dommages.

 

Le paganisme hébreu n'a pas pu savoir l'Univers,

Car ses légendes enlèvent nos poètes classiques, par les vers,

À son Adam, l'on rejette toutes les sciences par leurs enfers

Des relations médiévales, où descend l'obscure âme dernière.

 

Les juifs limitent Absolu par les ombres grises sur la Terre.

Leur sous-hommes croient en trois livres, en trois religions sévères,

De cette façon de leur diable, "dignent" l'explosion des chimères,

Car leurs symboles vêtements vivent pour nos folies populaires.

 

La connaissance d'Égypte, la vole Moïse non sur Sion.

Ce roi hébreu manifeste l'exil des malédictions,

Car il a dit à son peuple que l'homme pur vit pour l'union

Libre avec Dieu comme Ra égyptien des circoncisions.

 

Dieu ne lui ouvre nulle révélation vraie comme à Platon,

Ne soutient nulle phrase des voleurs d'idées hors leurs trônes.

Qui connait bien Absolu, n'était adoré par personne

Et, comme Socrate, ne se divinise pas, s'oppose aux couronnes.

 

Qui entend Dieu en soi, pour les gens trouve ses sincérités.

L'on conduit le mensonge de Moïse vers la fidélité

Trop fanatique aux récits bizarres contre nos vérités.

Ce mythe stupide du menteur cultiva notre multité.

 

Dieu est l'Amour, Il répond aux chansons et invite la Foi

Vers la paix, non à la guerre infernale opposée aux lois.

Dieu nous dévoile que beaucoup de "prophètes" mentent pour les droits

Des religions, vont "Chez toi, oh Souris" (1) en hébreu des rois.

 

Les télépathes chassent nos mots des parfaites communications.

Qui n'a ni bras, ni pied pour avoir notre crucifixion,

N'a aucune chance sur les paradis faux sans nos notions?

Pour la lecture des idées, le maudissent nos trois religions,

 

Toutes les croyances aveugles (des juifs musulmans chrétiens)

S'opposent aux saintes âmes des autres planètes, mais rejettent leur Bien.

L'extraterrestre raison n'a nulle croix et chaque clair chemin

Sans leurs mémoires n'est jamais raisonnable et ne coûte rien?

 

Crois que le fils de Marie est né du Saint Esprit Sauveur,

Se lève sa Résurrection. Par celle, Il devient le vainqueur,

Du temps obscur, il allait aux hommes par le libérateur

Des gros barbares. Pour eux, Christ nous explique ce trésor des peurs.

 

La quantité infinie des divins fils l'a l'Univers,

Montre leurs buts aux civilisations cosmiques à travers

Nos multiformes qui veulent s'approcher d'Absolu pour faire

Ses harmonies très partielles, où naissent leurs mêmes fils divers.

 

L'ordre vitesse de leurs temps fait céder aux réels rapports,

Mais la folie divinise nos stupides traditions des corps.

Et les bougies s'obscurcissent sous les lampes. Chaque temple, hors

De nos symboles, est l'idole. Dieu excuse, malgré nos mots morts.

      ________________________________________

(1)  "Chez toi, oh Souris - alàkh akbàr" en hébreu


Strophes poétiques politiques
 des poèmes philosophiques:

 Les métriques se réaniment

À une sphère du grand abîme

La mafia d’argile estime
Cette ère hiérarchique sans mœurs.
Je renais des hommes en peur
Pour ces vers avec ma rime.
D’avoir un compositeur,
Par grand père, était mon crime,

Car j’envoie tout cet argent
Pour lire sa musique
classique
À l’ordinateur… Je pique
L’œil qui voit vos requérants
D’asile, griffe son hystérique
Voix du roi de l’autre gens.

Aujourd’hui, pour obtenir
Sa fortune sauvage, il faut
Vivre pour nos règnes des faux
Dieux qui cachent ton avenir
Au dessus son aire des feux
En désert, sous ce plaisir.

Hors des jeux en loterie,
Le talent n’aura nulle chance
De gagner l’indépendance
De son esclavage qui rit
Sur toutes nos intelligences
Sans consécration chérie,

Où des œuvres plus géniales
Ne verraient jamais leurs scènes,
Si ne les signait nulle main
Du gouvernement mondial
Qui fait, comme rompt, nos destins
Par l’imperfection spatiale.

Au chef, sont pires ceux qui laissent
Leurs travaux hors du contrôle
Par l’élite, sans sa parole…
Qui est libre des richesses
Matérielles, ignore le rôle
Essentiel de leur noblesse.




"Stábat máter dólorósa"

Jacopóne da Tódi (En russe)

Le statut de «réfugié»
Présuppose nos étrangers
Qui coupent leurs chrétiens âgés
Dans les guerres civiles.

Nos esclaves européens
S’abaissèrent aux gales de chiens,
Ils grattèrent la peau, pour rien,
Par cette vie tranquille.

L’on enchantera chaque mot
Du persécuté «normaux»
Qu’il soit fort par quels trumeaux
Des beautés habiles!

Qui n’était jamais malade,
Lave vos culs pour tous ses grades,
Il n’est pas le camarade
Des stupides de Nil.

Seules ces bêtes reçoivent l’argent,
Comme vos supérieurs des gens,
Elles obtiennent l’or, en bougeant
Par leurs pipes si viles.

Camp de nos concentrations,
Tu as, pour une expression
De la civilisation,
Ton futur péril.

La raison s’est déchirée.
À genoux, l’âme perd son gré.
De l’asile, elle apparait
Comme un bon AcheteuR

De NombreuX JugeS qui t’ont dit
Que les cieux soient interdits,
Que vivent leurs drogués bandits
Comme leur Grand Voleur!

Car l’Europe est leur rencontre
Comme le cul qui nous démontre
Que ces vers seront gluants contre
L’ombre du bonheur.

La Russie les intitule
Ses Dieux, mais ceux-ci la brûlent
L’ordre bat, comme les crapules,
L’infinie douleur.

Les vieux sont dans le marasme,
L’on les lave par l’enthousiasme
Des savants russes, car l’orgasme
Pisse sur leurs MeilleurS.

Reconnus sont les tchétchènes
Qui voient, en Russie, l’arène
Des batailles, où nous amènent
Aux antiques vendeurs

Des esclaves… Les autres peuvent
Endormir parmi les fleuves
Dans la rue pour les épreuves
De vos Droits de l’Homme,

Où se cache la Cour énorme.
Sa réponse a telle forme:
Attendez-moi sous vos ormes,
Tous conduisent à Rome.

Votre illusion vient vide.
Sous celle, souffre l’invalide.
Par le front, il a quelles rides:
«L’âme n’est pas en gomme!»

Qui tuait tous ses fascistes,
Est, par cette Cour, dans la liste
Des tirants, comme l’extrémiste,
En enfer, nous sommes,

Murmurez par ses bleues lèvres:
«Ce vieux perd la vue, en fièvre
Pleure, en fou malade énerve,
Il cherchait sa pomme.»

Qui passait cette vie très pure,
N’est pas liée à la piqûre
Des drogués, car sa blessure
A plusieurs diplômes.

Mais vous plaisent seuls les mensonges,
Car, par eux, vos pouvoirs prolongent
À manipuler nos Songes,
L’Être à genoux.

Leurs robots règnent sur la France,
Car séparent, sans différence,
L’eau de leur Reconnaissance
Et la Mort pour nous.

L’Univers n’a rien et grève
Mais sa déception est brève,
Tous les êtres ont leur rêve,
La lumière des trous.

Dans l’obscurité sans chance,
Ce feu a la voix d’enfance,
Lorsque l’autre vie commence,
Dieu se trouve partout:

"Stábat máter dólorósa
Júxta crúcem lácrimósa»
Víta brévis ést, curiósa,
Práti frigidú

Mère, tu as la douloureuse
Larme, ta croix amoureuse,
Donne la vie brève et curieuse
Le vent froid est doux

 

Pour M. le Capitaine Sergueï Alexandrovitch Choumilov

 

Aujourd'hui et en France, Galitch est la bête,

Téléphone au cent quinze, l'on bat mes poètes.

Réfugié, par ton front, un drogué rompt l'assiette,

Mange comme ces français sans raison et sans tête

Ta Russie se rappelle dans mon cœur

Tienne ton sac sous ta main, ce destin nous rejette,

Dors sans pied! Réveilles-toi à six heures

Hors des fêtes!

 

Les bandits volent, nous mentent: ils cessent de sentir

Leur douleur pour quelle drogue! Car obtiennent le plaisir.

L'âme sauvage voudrait tuer l'autre forme pour rire,

Trouve la cause claire afin d'obliger, à souffrir,

Un vieillard, requérant de l'asile

Au passé, celui-ci dirigeait son navire

Commercial, voyageait vers les îles

Pour dormir

 

Dans une salle avec ses animaux, dans les nuages,

Qui ne sont plus les hommes, car ils n'ont que leur rage,

Portent l'ère des souffrances dures à tous nos âges.

L'un de ses diables vifs te dévoile son visage.

Il menace notre vieux capitaine

À Strasbourg, l'Homme ne perd pas l'honneur et ses sages,

Où il ne s'abaisse pas jusqu'aux chiens,

En dommage.

 

Toute la nuit avec soi, les ivrognes parlent. Crient,

Et, parfois, ces stupides pissent dans leurs literies.

Au matin, l'on donne la nourriture, l'ordre rit.

À sept heures, l'homme quitte ce bâtiment triste, gris...

Le malade très âgé est à pieds

Tout le jour. Pour cette vie en Europe, c'est son prix.

Dans douze heures, il revient au foyer

De souris.

 

L'on dit qu'il n'est pas le réfugié. Ce statut

Conduit le capitaine aux drogués qui nous tuent.

Dont il prie l'aide trop tard, ce vieillard a perdu

Le printemps, car, il y a vingt ans, il avait dû

Embarquer son bateau à New-York

Et l'asile politique pouvait être vendu.

À l'océan, il rattrape l'os de l'orque

Dépendu.

 

Staline en Europe

 

Et en Europe, il n'y a aucune démocratie,

Comme à l'époque du stalinisme en Russie.

Mon nom est dans la liste noire, secrète - "Merci",

Crie mon poème aux yeux des démocrates aussi.

 

Je suis Sacha, le personnage des "Fils d'Arbate"

De Ribakov. L'on nous sépare des masses en boîte;

Mais ne jette pas dans les prisons, les ordres battent

Pour chaque désir de nous lever parmi les rates.

 

Nos stalinistes d'occident persécutaient

Les professeurs, partout, aux Universités

Qui essayaient de nous inscrire, l'on leur dictait

De retirer leurs lettres par leur volonté.

 

Que l'on ne nous permette jamais de travailler

Sous nos officieux noms parmi les ouvriers!!!

Car sous l'averse, l'on oblige à nous mouiller

Que, comme plusieurs drogués, nous nous mangions derniers.

 

Que nos espoirs soient décédés dans la souffrance

Que nous perdions, comme les ivrognes, l'indépendance

Des démocrates d'Europe pour son Staline. En France,

Nous les prions, par ses esclaves, leurs indulgences.

 

Mais si nous soutenions nos thèses, et nous aurions

L'argent des clans pour l'air des gestes sans crayon,

Les rois perdraient leurs responsables des rayons

Illuminés la vérité que nous verrions.

 

Car toutes mes nuits passaient // dans les foyers des pauvres

Pendant ma vie sans fleurs // en règne d'obscurité,

Que cet enfer produise, // par les douleurs, mes œuvres

Comme ma syllabe en vers // tentait de refléter

 

Que je n'ai pas mes droits // de travailler par l'ordre,

Et rédiger ma thèse, // je prie l'aide à Genève,

Or, ma recherche en// Europe oblige à mordre

Mon âme pour mes études, // absence de mon rêve.

 

Sans plusieurs masques

Que mon peuple était // contre son grand pays,
L'Amérique démontrait // que les jours sont nos nuits,
Affirmait que l'idée // des communes c'est le bruit.
Son Europe l'invitait, // car l'on n'a pas détruit 

Mon État concourant. // Pour lui rompre le dos,
Tous de nos ennemis // ont reçu leurs cadeaux
Par plusieurs prix Nobel // qui faisaient très prudes aux
Mots des vers qui ne coûtent, // aujourd'hui qu'un verre d'eau

Et donnait les travaux // des meilleurs professeurs
Aux stupides soviétiques // qui n'avaient nul saveur
Par beaucoup d'ans non plains // aux écoles de soudeur:
Pour leur faire des armées // contre l'île du bonheur.

Qui n'avait aucune languE, // sauf le russe, était lié
Aux plus hautes sociétés, // où habitent aux palais,
Car ils ont obligé // la Russie à aller
Vers l'abîme de l'enfer. // À l'Europe, ce pas plaît.

Il n'y a plus mon Union // qui pouvait contredire
Aux Rois illuminés // par le Cosme bien pire,
Au diamant de la dure // hiérarchie en plaisir
Du contrôle sur chaque âme // et du gris souvenir. 

 

image004

image004

image004

image004

image004

image004

image004

image004

Maintenant, je me trouve en Suisse, où je ne perds pas encore mon dernier espoir sur l’analyse juste de mon recours à travers votre Tribunal administratif fédéral TAF, case postale, 9023 Saint-Gall. En conclusion, je demande l’annulation de la décision du SEM et du 20 février 2015 que la Suisse m’accorde l’asile et annule mes arrêts falsifiés le 5.01.2009 et au mois de juin 2009.

Alexander Vadimovitch KIRIYATSKIY, le 21 mars 2015 _______________________