Bienvenue à la méthodologie du travail intellectuel!

Développé d'abord pour les étudiantes et étudiants[1] du département de philosophie de l'Université du Québec à Montréal, ce site est offert à tous les membres de la communauté universitaire, voire à la communauté francophone en général. Le site contient principalement deux éléments :

  • Un guide méthodologique systématique, organisé en fonction des étapes normales de production d'un travail intellectuel, et
  • Une collection de ressources méthodologiques de langue française (mais aussi de langue anglaise lorsque un équivalent francophone n'existe pas).

Nous vous invitons à explorer toutes les pages qu'il contient, à le consulter périodiquement sinon au besoin et peut-être même à en faire une lecture de chevet (dans la mesure où c'est possible de faire d'un site web un lecture de chevet!). Si vous identifiez des erreurs factuelles, des impropriétés, des fautes d'orthographe ou des coquilles, veuillez s'il-vous-plaît nous en faire part.

[1] Sur ce site, nous appliquons la politique de féminisation des textes suggérée par l'Université du Québec à Montréal. Pour consulter cette politique, veuillez vous référer à la page suivante : http://www.unites.uqam.ca/instances/guide/guide_feminisation.html#stratpr%E9s

:: Astuce!

La recherche documentaire

Prévoyez consacrer plusieurs heures à la recherche documentaire car celle-ci représente les fondations de votre travail. Accordez-y suffisamment de temps et d'énergie.

Vaillancourt, L.; P. Snyder et A. Baril (2001). La méthodologie apprivoisée. Sherbrooke: GGC éditions, p. 67.

:: Définition

Raisonnement valide

Un raisonnement est valide lorsqu’il est fondé et qu’il y a un lien d’inférence déductive entre celles-ci et la conclusion, c’est-à-dire que le lien entre les prémisses et la conclusion est suffisant pour que la vérité des prémisses détermine celle de la conclusion.

:: Métho-cognition

L’importance de la subvocalisation

La plupart des gens lisent en subvocalisant – c'est-à-dire que la lecture devient un discours intérieur. Les partisans de la lecture rapide proposent de cesser ce discours intérieur pour lire plus vite; en effet nous pouvons lire plus rapidement si nous n’avons pas à décoder les mots écrits en sons. Malheureusement, des expériences menées par les chercheurs en psychologie cognitive portent à croire que ce n’est pas la meilleure manière de lire un texte. En effet, bien que les gens puissent lire sans subvocaliser, ils sont dans cette condition plus portés à faire des erreurs lorsqu’on les questionne sur ce qu’ils ont lu.

Reed, S.K. (1999). Cognition. Théories et applications. DeBoeck Université, Paris, Bruxelles.