web Robert DEROME

Guide de présentation des travaux et bibliographies

Quelques règles de typographie française et quelques erreurs fréquentes.

Ce relevé, loin d'être exhaustif, provient des corrections les plus fréquentes compulsées lors de la correction des travaux universitaires. On consultera les nombreux dictionnaires de la langue française et de ses difficultés, dont Le Petit Robert qui constitue un des meilleurs outils de rédaction, ainsi que des grammaires, par exemple la simple, pratique et économique Villers 1993. On pourra au besoin consulter le Grand dictionnaire terminologique de l'Office de la langue française du Québec ou les très nombreux dictionnaires disponibles sur internet.

Accents. Le français aime les accents, même sur les majuscules.

Pour trouver ces caractères sur le Macinstosh consulter l'item « clavier » dans le menu « pomme ». Sur Windows, Microsoft Word 6.0, sur le menu « insère », aller à symboles, choisir texte normal, un clavier apparaît ; le clavier génére aussi des accents sur les majuscules. En html les accents sur les majuscules se gèrent plus difficilement.

Ajouts. S.V.P., évitez les ajouts à la main dans un travail final. Si vous travaillez avec un micro-ordinateur, il est si facile de réimprimer la page corrigée.

Apostrophe. Ne pas confondre l'apostrophe « ' » et l'accent grave « ` ».

Auteur date. On utilise à chaque référence le sigle créé par le nom d'auteur et la date, suivi par la référence aux pages consultées.

BADADUQ. On ne remet pas les sorties imprimées de BADADUQ avec un travail de session. Les références doivent être reformulées selon les normes de présentation des travaux universitaires.

Brochez. S.V.P., brochez vos travaux afin de ne pas en semer les parties à tous vents...

Chapitre. Le mot chapitre s'écrit sans accent circonflexe sur le « i ».

Césure ou division des mots. Toute division des mots en bout de ligne doit être évitée. « La coupure - ou division ou césure - d'un mot se marque par un court tiret appelé division. Elle doit être évitée autant que possible (PIN 1993, p. 60). »

Concordance des temps. Dans un texte historique qui parle du passé il faut prendre garde de respecter la concordance des temps des verbes lorsqu'on veut situer des événements dans la chronologie. L'utilisation du « présent historique » simplifie la concordance avec des faits antérieurs ou postérieurs. Plusieurs n'acceptent cependant pas cette convention et préconisent l'utilisation du passé simple, ce qui oblige à bien connaître le passé composé, le plus-que-parfait, le passé et le futur antérieur, sans oublier le conditionnel et le subjectif. Villers 1993, p. 33-34, présente un tableau pratique facile à utiliser.

Dimensions. La hauteur est habituellement notée « H. », la longueur « L. », la largeur par « l. », le diamètre « D. », la profondeur « P. » est rarement utilisée. Par convention la hauteur précède toujours la largeur.

Espace insécable. Une espace insécable est un caractère invisible qui empêche la séparation de deux éléments qui doivent rester liés, par exemple l'abréviation qui précède un chiffre dans les références (vol., no, p., fig., cat.), les guillemets, les nombres, la ponctuation (voir ces termes dans la présente liste). En effet, les règles typographiques françaises imposent une espace insécable pour tous ces éléments, ce qui n'est pas le cas des normes anglo-américaines.

Sur le Macinstosh on génère une espace insécable en tenant enfoncées les touches option et barre d'espacement. Sur Windows, dans Microsoft Word 6.0, aller au menu « outils », catégorie « traits d'union ». Windows utilise également Alt+0160.

Langues étrangères. Les mots en langues étrangères se mettent en italique si on utilise l'ordinateur ou en souligné si on utilise un dactylo.

Fonds. Le mot fonds appliqué aux archives s'écrit toujours avec un « s ».

Français. Votre français écrit mérite plus d'égards. Consultez le Petit Robert. Consultez également une bonne grammaire, par exemple : Marie-Éva de Villers, La grammaire en tableaux, Nouvelle édition mise à jour et enrichie, Montréal, Québec Amérique, 1993, 191 p.

Guillemet. Le guillemet français est différent du guillemet anglais : il se place sur la ligne. « Celui d'ouverture est suivi d'une espace insécable, celui de fermeture est précédé d'une espace insécable. »

Pour trouver ces caractères sur le Macinstosh consulter l'item « clavier » dans le menu « pomme ». Sur Windows, Microsoft Word 6.0, sur le menu « insère », aller à symboles, choisir texte normal, un clavier apparaît.

Italique. Dans un texte on souligne (dactylo) ou on met en italique (ordinateur) les titres des livres ou des oeuvres d'art, ainsi que les mots en langues étrangères.

Ligature. Les traitements de texte permettent les ligatures françaises du « o » et du « e » (oeuvre, soeur, coeur, oeil), du « a » et du « e » (Encyclopædia). Le html ne permet pas la ligature « oe » selon la norme ISO-8859-1, car à la séance de normalisation prévue le délégué français n'est pas venu...!

Pour trouver ces caractères sur le Macinstosh consulter l'item « clavier » dans le menu « pomme ». Sur Windows, Microsoft Word 6.0, sur le menu « insère », aller à symboles, choisir texte normal, un clavier apparaît.

Numéros. « no » et  « nos » sont les formes françaises de l'abréviation de numéro(s).

Nombre. En français les nombres s'écrivent comme suit : 231 567 000. On utilise une espace insécable pour séparer les centaines des milliers, les milliers des millions et ainsi de suite. Les décimales s'écrivent avec une virgule : 16,2 cm.

Oeuvre. Attention à l'orthographe de « oeuvre », où le « o » et le « e » sont ligaturés. Voir ligature.

Paragraphes. N'effectuer qu'un seul retour de chariot à la fin de chaque paragraphe.

Participes. Consultez une bonne grammaire sur l'accord des participes. Par exemple Villers 1993.

Page. Dans la référence bibliographique on laisse une espace insécable entre le nombre de pages et l'abréviation « p. ». Dans la note infrapaginable on laisse une espace insécable entre l'abréviation « p. » et le numéro de la page à laquelle on réfère ; la phrase se termine par un point final.

Parenthèse. (La parenthèse d'ouverture n'est suivie d'aucune espace et celle de fermeture n'est précédée d'aucune espace.) Par contre elles sont soumises aux espaces normales en rapport aux mots ou signes de ponctuations qui précèdent la parenthèse d'ouverture ou suivent celle de fermeture.

Pensée. Vous avez des efforts à faire au niveau de l'articulation de votre pensée dans une langue cohérente et bien structurée. Vous y arriverez grâce à des efforts réguliers.

Personnel. On évite les éléments d'ordre personnel dans les travaux universitaires. On évite l'utilisation du « je ».

Ponctuation. Les règles typographiques du français écrit sont différentes de celles de l'anglais. La virgule et le point suivent sans espace le mot qui les précède ; la virgule est suivie d'une espace ; le point et le point de suspension de deux espaces. Le point-virgule, le deux-points, le point d'exclamation et le point d'interrogation sont séparés du mot précédent par une espace insécable et sont suivis de deux espaces. Il n'y a pas d'espace après l'apostrophe. Sur le Macinstosh on génère une espace insécable en tenant enfoncées les touches option et barre d'espacement.

Redondances... Redondances... Redondances...

Relisez vos textes avant de les remettre et corrigez-les. Puis réimprimez une nouvelle version propre.

Saint. Dans les travaux universitaires on n'abrège pas le mot saint. Si on réfère à un toponyme, le mot saint s'écrit avec une majuscule et est suivi d'un trait d'union : Saint-Jean. Si on réfère à la personne, on l'écrit avec une minuscule sans trait d'union : saint Jean.

Siècles. En français on écrit en petites capitales et en chiffres romains l'adjectif numéral appliqué aux siècles et le petit « e » abréviatif est placé en position supérieure : VIe siècle av. J.-C. ; XVIe siècle ; les XVIIe et XVIIIe siècles ; le XIXe et le XXe siècle. En anglais on écrit 18th century, 20th century.

Sigles. Les acronymes qui se prononcent s'écrivent sans points entre les lettres : UQÀM au lieu de U.Q.A.M., et de grâce évitez le fautif « UQUAM ». On écrit : « ATRIUM, CLUES, MUSE, BADADUQ ». Cégep, qui est devenu un substantif, se traite comme tel : « des cégeps ».

Trombone. Les trombones çà s'accroche partout aux autres travaux... Utilisez la brocheuse (agrafeuse) c'est moins risqué de tout mélanger au passage. Donc, on ne remet pas de travaux universitaires dont les pages sont retenues par des trombones. Merci.

précédantsuivant


Page créée le 9 juin 1998.

web Robert DEROME

haut de page